Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 15:27
Pour preuve : 
Reportage photo commenté d’un salarié de Thalès en tête du cortège de la manifestation parisienne de mardi.
Hier j’avais posé un RTT pour la manif et j’avais prévu de rejoindre le cortège Solidaires. Finalement, je me suis retrouvé en tête de cortège et j’ai pris des photos et des vidéos de ce que j’ai vu et vécu. D’abord, j’ai été impressionné par le monde qui s’était déplacé et par l’ambiance plutôt festive de la grande majorité des manifestants.
La deuxième chose qui m’a frappé, c’est la présence de plusieurs dizaines d’individus masqués en noir, à l’évidence des casseurs. La troisième, c’est les moyens policiers hallucinants par leur ampleur ! Toutes les issues du cortège étaient bloquées par des véhicules, des barrières anti-émeutes et des cordons de CRS et de gendarmes mobiles. La tension était déjà palpable mais les manifestants continuaient de cultiver malgré tout une certaine bonne humeur.
 
Ensuite, arrivé à la tête du cortège, j’ai vu qu’un cordon de gendarmes mobiles contrôlait l’avancée du cortège en le ralentissant et parfois en le bloquant (sans raison apparente), ce qui énervait pas mal les manifestants. J’ai vu les premiers actes de vandalisme (tags et destruction d’abri bus) à 14h37 (heure indiquée sur le fichier jpg de mes photos). On remarquera que la distinction entre le manifestant de base et le voyou est à la portée de tout le monde, y compris de la police qui n’intervient toujours pas, malgré l’énormité des moyens mis en place.
Les casseurs ont recommencé à hauteur de l’hôpital Necker à 15h11. J’en profite pour clamer ma parfaite innocence !
On voit à l’arrière-plan l’hôpital Necker construit tout en vitres. Le cordon de gendarmes mobiles bloque alors l’avancée du cortège à hauteur de l’hôpital. Sur la photo  il est 15h15 et je suis au premières loges. Les premiers projectiles commencent à fuser et l’odeur de la lacrymo commence devient de plus en plus forte. La tension monte entre le cortège et les gendarmes mobiles.
A 15h20, profitant d’une poussée de la foule, je parviens à forcer le cordon avec une trentaine d’autres manifestants et je me retrouve de l’autre côté (libéré, délivré…). Le cordon recule de quelques dizaines de mètres et prend une nouvelle position, toujours à hauteur de l’hôpital. La photo suivante a été prise à 15h22 et on voit bien l’hôpital sur la droite.
La guerre des nerfs continue alors pendant plusieurs dizaines de minutes au cours desquelles ont lieu des tirs de grenades lacrymogènes (ce qui est totalement inutile sur les casseurs puisqu’il sont tous équipés de masques sur la bouche et les yeux) et de mon côté du cordon les gens scandent « libérez nos camarades ».
La photo suivante a été prise à 15h50 et le cortège est toujours bloqué au même endroit. Ca fait donc 40 minutes que tout est en place pour favoriser l’action des casseurs sur l’hôpital Necker en les forçant à rester sur place et en les énervant avec des tirs de lacrymo alors que la foule fait preuve d’un sang froid assez exemplaire.
A 15h54, le blocage des gendarmes mobiles tient toujours mais aucun débordement des manifestants « normaux ».
Peu après, c’est-à-dire au moins 45 minutes après le début du blocage, le cordon de gendarmes mobiles recule progressivement pour faire avancer le cortège. La photo suivante a été prise à 16h04, soit près de 55 minutes après que la tête du cortège ait atteint l’hôpital Necker (qu’on aperçoit dans le fond). On voit que le cortège a peu avancé lentement.
Question essentielle :
 Pourquoi le cordon de police a-t-il, sans raison apparente, bloqué les casseurs devant l’hôpital Necker pendant une heure ?
 
 
Et ensuite, dans les médias, tout le monde s’indigne des dégâts causés à cet hôpital en rejetant la responsabilité sur les organisateurs de la manif alors que sur ordre de la préfecture (de Matignon, de l’Elysée ?) tout a été mis en place pour bloquer et énerver les casseurs devant cet hôpital (très vulnérable car il est vitré sur toute sa façade et hautement symbolique car c’est un hôpital pour enfants) pendant près d’une heure. On pourrait voir tout cela comme un joli coup médiatique. Ensuite, le cortège reprend son avancée plus ou moins normalement car le cordon de gendarmes n’entrave presque plus son avancée jusqu’aux Invalides.
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Horloge