Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Le Royaume Uni compte 12 millions de retraités pour une population de 62 740 000  d'habitants au recensement de 2011. Le système de retraite, particulièrement compliqué,  est financé de manière mixte par l’Etat et le privé.

 

 

Le retraité perçoit  la Basic State Pension (BSP)  et de manière complémentaire, selon le choix qu’il a effectué, soit le produit d’un régime complémentaire public par répartition : le « State Earnings Related Pension Scheme » (SERPS) supprimé en 2002 mais qui continue à produire des effets pour ceux qui avaient cotisé ; ou le State Second Pension (S2P) qui remplace le régime précédent, ou le produit d’un régime privé : Personal Company, (épargne retraite), Occupational Pension (organisé par l’entreprise) ou Stakeholder Pension (fonds de pension boursiers).

Depuis 2012, un nouveau régime complémentaire obligatoire a été mis en place. Il s'agit du National Employment Savings Trust (NEST), "adapté" aux salariés les moins bien rémunérés et toujours accusés de ne pas épargner suffisament pour leurs vieux jours ! Pour la première fois, employeurs et employés sont obligés de contribuer à un fonds de pension, à moins qu'ils n'adhèrent déjà à un régime de ce type organisé par l'entreprise. 

 

 

  Le système de retraite britannique fait l'objet de réformes constantes depuis le "Pension Act" de 2007. L'un des objectifs est de repousser régulièrement l'âge de l'éligibité à la Basic State Pension, pour économiser les finances publiques, évidemment !. Un âge qu'il ne faut pas confondre avec celui qui permet de prendre sa retraite. Actuellement, un salarié peut demander à percevoir sa pension à 65 ans pour un homme et à 60 ans pour une femme. Mais la loi permet désormais de poursuivre l'activité professionnelle aussi longtemps que souhaité. En effet, le "défault retirement age" qui permettait à un employeur d'exiger le départ du salarié à 65 ans ou à 60 ans, a été abrogé.

L'âge de l'éligibilité à la Basic Pension State sera porté 65 ans pour les femmes entre avril 2016 et novembre 2018 ; à 66 ans pour les deux sexes entre novembre 2018 et octobre 2020 ; à 67 ans entre 2026 et 2028 et à 68 ans entre 2044 et 2046. Cet échéancier pourrait encore être avancé puisque le Chancellier George Osborne a déclaré  lors de son "Autumn statement" que l'âge d'éligibilité à percevoir la pension serait porté à 68 ans, au milieu des années 2030. Ce sont les salariés âgés actuellement d'une quarantaine d'années qui seraient affectés, soit 8 à 10 millions de personnes.

Le but de la réforme est bien sûr d'économiser des sommes considérables

 

 

La tendance devrait se poursuivre puisque le gouvernement a la ferme intention de lier l'âge de l'éligibilité à la pension, à l'augmentation de l'espérance de vie.  Il s'agit de réformes portées par la coalition de droite au pouvoir depuis 2010. Elle affecteront plusieurs millions de salariés âgés actuellement de 40 à 50 ans.

    

Basic State Pension

La basic state pension est la retraite de base.

 

images[10]

La constitution des droits à la retraite commence à l’âge de 16 ans par l’inscription au National Insurance  contribution record. 

.                                    

 

Le système est si complexe, qu'une vieille plaisanterie raconte que seules deux personnes ont compris la manière dont il fonctionne : Malheureusement l'une d'elle est morte et la seconde doute désormais de sa bonne compréhension de l'institution ! 

La retraite de base, allie le paiement de cotisations par les employeurs et les salariés mais aussi la constitution d’annuités sans paiement, dans certaines circonstances et la contribution volontaire. Le montant de la pension n'est aucunement lié au montant du salaire. Il dépend du  nombre d'années cotisées au National insurance. Une pension complète requiert actuellement 30 années de contribution. En fait une année donne droit à 1/30 du montant de la pension à taux plein. A partir de 2016 il faudra avoir cotisé au moins 10 années pour bénéficier de la retraite de base. Aucune cotisation n’est prélevée sur une rémunération hebdomadaire inférieure à £146 (121,18€).

Le montant de la Basic state pension complète est de £110,15 (91,42€)  par semaine pour une personne seule et de £176,15 (146,20€), pour un couple dont le mari a cotisé pour sa femme. Lorsque les deux conjoints ont cotisé, ils perçoivent  £214,90 (178,36€)  par semaine. 

 La retraite de base est versée à 40% des retraités. Elle est en moyenne égale à 30,8% du salaire médian versé au Royaume Uni. A titre de comparaison,  ce pourcentage est de 51,2% en France et de 60% en Europe. Le niveau des retraites est  bas : à peine 40% des retraités sont imposables et 27% d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Des ressources hebdomadaires inférieures à £145.40 (120,68€) pour une personne seule et à £222,05 (184,30€)  pour un couple, peuvent être complétées par le "Pension Credit", versé aux personnes âgées de plus de 60 ans qui en font la demande. L'allocation est versée sous conditions de ressources. Elle comprend deux volets : le "minimum  income guarantee"  versé à partir de 60 ans et le "Savings credit element" versé à partir de 65 ans..

La plupart des bénéficiaires ne perçoivent que la pension de base, parfois incomplète. Le Pension Credit n'est pas versé au-delà d'un certain montant d'épargne : £52 000 (43 160€) pour une personne seule ; £62 000 ( 51 460€) pour un couple.

Le "Minimum income guarantee" assure à un retraité qui vit seul un revenu hebdomadaire de £145,40 (120,68€), dès lors que son revenu est inférieur à cette somme. L'allocation est portée à £222,05 (184,30€) pour un couple dès lors que son revenu est inférieur à cette somme.

Le "Savings credit element" est une "récompense" pour ceux qui ont épargné pour leur retraite mais qui disposent de revenus modestes. Ainsi £18.06 (14,98€) pourront être versés à un retraité dont les revenus hebdomadaires ne dépassent pas £189 (156,87€) , une somme qui passe à £22.89 (18,99€) pour un couple dont les revenus ne dépassent pas £277 (188,41€). 

The State Second Pension

La State Second Pension (S2P) est destinée à des salariés dont les revenus annuels sont supérieurs à £5,668 (4704€) mais inférieurs à £15,000 (12 450€) ; à des personnes qui ne peuvent pas travailler mais qui perçoivent les allocations attachées à leur état et notamment, les handicapés, les personnes élevant des enfants de moins de 12 ans ; et les aidants familiaux. Le système est complexe et il sera supprimé dans le cadre de la prochaine réforme, dont l'entrée en vigueur est prévue en 2016. Il est basé sur les revenus et les années de cotisations versées au National Insurance. La Sate Second Pension peut atteindre £169 (140,27€) par semaine

Aujourd'hui, 21 millions d’actifs,  9 millions  (42,85%)  cotisent uniquement à la retraite de base. Le pays ne consacre que 5% de son PNB à son financement. A titre de comparaion, les Etats membres de l’Union Européenne consacraient 10% de leur PNB  au financement des retraites avant 2004.

La  pension de base est donc complétée par la  State Second Pension et les régimes par capitalisation : complémentaires d'entreprise ou souscrits à titre personnel. Le revenu moyen d'un salarié britannique est de £19 000 par an (15 770€) ; celui d'un retraité de £11 000,  (9 130€) soit une baisse de 39%.

En janvier 2013, les grandes lignes d'une nouvelle réforme ont été révèlées. L'idée est de supprimer la State Second Pension et de la fondre dans la Basic State Pension, afin de créer une pension hebdomadaire forfaitaire de 144£, "The Single-Tier Pension", pour celles et ceux qui auront cotisé 35 années au National Insurance. Une durée de cotisation allongée de 5 années, puisqu'elle actuellement de 30 ans pour les deux sexes, après avoir été de 44 ans pour les hommes et de 39 ans pour les femmes.

La capitalisation à tout crin sera la règle. Le ministre des pensions a d'ailleurs déclaré que 10 millions de salariés britanniques n'épargnaient pas assez pour leur retraite. Les effets de la réforme devraient favoriser les travailleurs indépendants et les femmes dont la carrière a été interrompue par les enfants. La moitié des salariés atteignant l'âge de la retraite avant 2050 devraient également voir leur pension augmenter très légèrement de 2£ (1,66€)  par semaine. Mais à partir de 2060, plus de 50% des retraités devraient être perdants en raison de l'impossibilité de constituer la State Second Pension qui sera abolie en 2017.

 

Les associations de retraités et les syndicats

 

 

      Au Royaume Uni,  les syndicats n’affilient généralement pas les retraités et ceux qui le font rencontrent des difficultés importantes à maintenir la continuité syndicale. Ainsi, comme en France,  l’écart  est important entre la syndicalisation des actifs et celle des retraités. Seuls 10% restent syndiqués. Les raisons sont diverses : la principale tient au mode de collecte de la cotisation syndicale. Elle est retenue à la source par l’employeur, qui la reverse à l’organisation, après que le salarié a fait connaître sa préférence syndicale. Il n’a pas l’impression de la payer. Le prélèvement cesse à la retraite.

Ensuite, il devient difficile de mettre en place la cotisation directe versée par le retraité. Cet obstacle, en partie psychologique,  expliquerait le peu de motivation des actifs à proposer l’adhésion aux retraités. Certains syndicats tentent de le faire, tandis que d’autres  ont mis en place une cotisation « retraité » d’un montant de £15 à £25 (12,45 à 20,75 €), payée pour toute la vie.

  Une partie des ex-syndiqués actifs et de ceux qui ne l’étaient pas, se rassemblent donc dans des associations aux cotisations symboliques, (par exemple £12 (9,96€) à vie ou à l’adhésion totalement gratuite. Et tous se regroupent au sein d’une association connue sous le nom de National pensioners convention (NPC).

 

Elle rassemble donc les syndicats et les associations de retraités. Son activité  se partage entre la revendication et l’action. Elle représente environ un million de retraités des syndicats et 500 000 retraités des associations. Ses moyens financiers estimés à £150 000 par an, (124 500€) provenant des organisations adhérentes, ne sont pas en rapport avec son influence et son action. Une proposition qui tendait à demander à chaque adhérent £1 (0,83€) de cotisation annuelle, a toutefois été rejetée !

 

La National  Pensioners Convention organise des manifestations de retraités dans tout le pays. Elle fait pression sur les parlementaires et le gouvernement et utilise les médias pour faire connaître ses objectifs. Elle combat l’idée de certains groupes de pression ultralibéraux, de permettre à toute personne de travailler jusqu’à la mort. Mais elle reconnaît aux salariés le droit de partir en retraite quand ils le souhaitent.  Elle organise une convention annuelle de trois jours qui réunit 1000 délégués.

 A l'occasion des  élections législative de 2011, elle avait présenté aux partis politiques un Manifeste revendicatif en six points :

       1 -  Une retraite de base supérieure à £165 (136,95€) par semaine indexée sur les salaires ou les prix,  selon la formule la plus avantageuse ;

        2-  Une aide à la personne gratuite et de qualité, financée par l’impôt, sans tenir compte des revenus ;

3 -Des services locaux de qualité, d’aide à la personne, financés par l’impôt sur le revenu et non par les impôts  locaux ;  ( Au Royaume Uni, la prise en charge de la dépendance est tellement mal financée que les cas de maltraitance, volontaire ou non,  sont monnaie courante)

4 -  La gratuité des transports pour les retraités,  partout dans le pays.

        5 - La mise en place d’une allocation de £500 (415€) pour faire face aux dépenses consacrées au chauffage en hiver.

      6 - La mise en place d’une politique destinée à mettre un terme à la discrimination contre les personnes âgées.

Si l’idée n’est pas de fonder un parti des retraités, la N P C ne cache pas qu’elle incitera les retraités à voter pour le parti politique qui intégrera le mieux ses revendications. Une proposition a même été faite, d’avoir dans une circonscription à forte densité de retraités, un candidat dont le programme serait le Manifeste. Il deviendrait ainsi un député acquis aux  demandes des retraités, au sein du Parlement.

 

La NPC est adhérente à la FERPA.

 

 

Mais elle la trouve trop inféodée à la Confédération européenne des syndicats. Elle lui fait le reproche de ne pas être assez combative et concrète sur les revendications des retraités.

 

 

 

Une petite association mérite d’être mentionnée : The British Pensioners and Trade Union Action Association (BPTUAAS)

 

Elle était parmi les organisations qui ont fondé la NPC. Elle prône l’action directe pour attirer l’attention de la population sur les revendications des retraités. Elle est animée par des membres du Parti communiste britannique.

 

The Trades Union Congress

 

 

 The Trades Union Congress est la seule confédération syndicale au Royaume Uni. Il n'est pas présent en Irlande du Nord (Ulster). L'organisation compte 6,5 millions d'adhérents, regroupés dans 53 fédérations. Le paysage syndical compte des grands syndicats présents dans presque tous les secteurs d'activité, mais aussi des organisations sectorielles et des syndicats exerçant leurs activités au sein de certaines professions exclusivement, voire même dans une seule entreprise. Ce sont  pour la plupart de petites organisations.

 

Les trois principaux syndicats, nés de la fusion de nombreuses organisations syndicales,  représentent 56% des effectifs syndicaux. Par rapport à la population active, la proportion des femmes syndiquées (28,7%) est plus importante que celle des hommes (23,4%). Cette différence de 5 points s'explique par la forte présence des femmes dans le secteur public.

26% des salariés britanniques adhèrent à un syndicat. Les syndiqués sont beaucoup plus nombreux dans le secteur publique (56%) que dans le privé (14%).

 

Tous les syndicats ne sont pas affiliés aux Trades Union Congress.

 

Frances O' GRADY est la secrétaire générale du T U C

 

Si la plupart des non-affiliées sont de très  petites organisations qui syndiquent des personnels très spécialisés ou les salariés d’une seule entreprise, quelques organisations importantes restent en dehors du T U C.

 

C'est le cas de la Fédération de la police, qui compte 140 000 syndiqués et à laquelle la loi fait interdiction depuis 1919, de s'affiler au Trade Union congress. Jusqu'en 1918 la Police federation était affiliée au TUC et au Labour party.

 

                  

C'est également le cas du Royal College of Nursing (RNC) qui syndique 415 000 infirmières, infirmiers et soignants  et de la British Medical Association (BMA) qui regroupe 144 000 médecins.

             

 

                

Le T U C a un comité national des retraités. Il  discute des questions relatives aux retraités et surtout des retraites professionnelles, très liées  aux fonds de pension et souvent en danger. Cependant, il n'agit pas et laisse la revendication active  à la National Pensioners Convention.

 

 Aucun des trois principaux syndicats ne cotise à la FERPA. Les syndicats  qui le font ne représentent qu’un huitième des effectifs des Trades Union Congress. Mais tous les syndicats sont  affiliés à la NPC dont ils constituent 70% des adhérents. Les organisations syndicales sont donc ainsi représentées au sein de la FERPA par la NPC.  

    

 

Les trois grands syndicats : UNITE, UNISON et GMB regroupent 3,8 millions d’adhérents.

 

                                                                        

  UNITE est né en 2007 de la fusion de deux syndicats : The Transport and Général Workers Union, (TGWU), désormais appelé T & G, et AMICUS.

UNITE est le plus important syndicat du Royaume Uni, avec

1 407 399 adhérents. Ses activités couvrent tous les secteurs de l’administration et de l’économie. Il est notamment présent dans les banches suivantes : métallurgie, énergie, construction, informatique, défense, aviation, chimie, chantiers navals, cadres, télécommunications, tabac, alimentation, textiles, papier, livre, secteur associatif, banques, employés de la santé, agriculture, docks, transports de passagers.

La fusion n’est toutefois pas entièrement achevée. Les anciennes structures de chaque syndicat demeurent. Les deux secrétaires généraux gèrent ensemble  mais les difficultés sont nombreuses. AMICUS essaie d’imposer ses traditions moins démocratiques  à  T & G qui était jusque dans les années 1990,  la plus grande fédération britannique, avec près de deux millions d’adhérents.

T & G a traditionnellement de bons contacts avec la CGT. Ce n’était pas le cas avec AMICUS,  même si certaines de ses organisations coopéraient étroitement avec la CGT,  comme les cadres de la métallurgie et le livre.

T & G syndique  80 000 retraités qui versent une cotisation de £4 par an. Ils sont regroupés dans des sections locales, réunies dans onze comités régionaux, représentés au comité national des retraités. Une conférence nationale se tient tous les deux ans.

 

UNISON compte 1 317 500 adhérents. C’est le syndicat des services publics. Il est présent dans les collectivités territoriales, la santé, l’éducation, les transports, les associations, le logement, les employés de la police, l’eau, le gaz et l’électricité. La dernière fusion remonte à 1993. Elle avait regroupé les cols blancs des services publics (NALGO), les cols bleus des mêmes services (NUPE) et les salariés de la santé (COHSE). Selon ses statuts, UNISON a cinq catégories d'adhérents : actifs, chômeurs, étudiants, jeunes de moins de 26 ans et retraités). Chaque catégorie fixe le montant de sa cotisation.

La structure syndicale est identique pour les retraités et les actifs : des sections syndicales sont organisées sur le lieu de travail avec douze conseils régionaux et un comité national. Le comité national des retraités se réunit 4 fois par an. Il se compose d'un représentant retraité par région et de 3 membres du comité exécutif national des actifs, ce qui maintien un lien organique entre les actifs et les retraités. En octobre, chaque année se tient la conférence annuelle des retraités. Les deux résolutions qui ont obtenu le plus grand soutien des délégués,  sont  présentées et soumises à la conférence annuelle de la fédération, au mois de juin, l’année suivante.

UNISON-RMA reconnaît l’utilité du comité des retraités mais il estime qu’il ne mobilise pas assez. C’est pourquoi il se tourne vers la National Pensioners Convention, seule  organisation gérée par des personnes âgées pour les personnes âgées. 

UNISON entretient de bons contacts avec la CGT depuis plusieurs dizaines d’années. Des discussions sont en cours avec la fédération CGT  des services publics pour conclure un accord de coopération.

             

The General, Municipal, Boilermakers and Allied Trades Union (G M B) est né de la fusion de plus d’une centaine de petits syndicats. Il compte 610 116 adhérents  dans les branches suivantes : santé, collectivités territoriales, métallurgie, construction, énergie, restauration, habillement, textile.  Il est organisé en neuf régions relativement autonomes. Il est en pourparlers avec UNISON pour une éventuelle fusion. Il entretient peu de contacts avec la CGT. Il syndique 40 000 retraités pour une cotisation de £25 pour la vie. Les retraités sont organisés en sections. Elles sont presque toutes territoriales et interprofessionnelles. Quelques syndicats de métiers, comme les chaudronniers, gardent leurs adhérents retraités. Les retraités sont rassemblés dans des structures régionales. Un Comité national des retraités se réunit quatre fois pas an. Chaque région y envoie  deux délégués. Une conférence se tient annuellement, composée de quatre délégués par région, de militants et d’observateurs. Les retraités sont aussi présents au Congrès annuel du GMB. Chacune des 2000 sections syndicales d’actifs contribue au financement des revendications des retraités en versant chaque année £10 ou £20, en fonction de leur importance, au Comité national des retraités. 

 

                                        

The Union, Distributive and Allied Workers syndique 412 441 adhérents dans les secteurs tertiaire et industriels tels que les assurances, les employés de bureau, les centres d’appel, les activités chimiques et pharmaceutiques, l’agroalimentaire et la restauration, notamment. 

 

 

The national Union of Teachers regroupe 324 367 enseignants du primaire et du secondaire.

 

The National Association of  Schoolmasters Union of Women Teachers avec 293 855 membres, syndique les enseignants du primaire et du secondaire. A l’origine, le syndicat n’affiliait que les femmes. Une décision de la Cour Européenne de Justice l’a obligé à mettre fin à cette discrimination.

   

                                                      

The Public and Commercial Services Union compte 280 547 adhérents.  Il est présent dans la fonction publique d’Etat : Justice, Douane, Impôts, contrôle aérien  mais aussi dans le secteur privé : informatique et sécurité par exemple. Il syndique aussi les retraités qui souvent, sont plus militants que les actifs. La CGT n’a pas eu de contacts suivis avec le PCS.

 

The Communication Workers Union rassemble 204 419 membres, dans les secteurs de la poste, de la téléphonie, de l’informatique et même des services financiers.

 

The Association of Teachers and Lecturers, avec 132 109 adhérents, syndique les enseignants  à tous les niveaux du système éducatif, les chefs d’établissement et les personnels administratifs de l’éducation. (Un lecturer est un professeur d’université).

 

 

 

 

Prospect syndique 122 546 personnes dans l’agriculture, la défense, l’électricité, l’environnement, le patrimoine et les professions juridiques. Il touche aussi certains secteurs de l’industrie, des chantiers navals et des transports.    

 

The University and College Union, groupe 119 744 adhérents,  principalement dans les universités, (un « college » au Royaume Uni est toujours un établissement d’enseignement supérieur) et la formation continue. Il syndique les maîtres de conférence et les professeurs d’université mais aussi le personnel universitaire non enseignant et les  chefs d’établissement.

 

 

The National Union of Construction Allied Trades and Technicians est le syndicat de la construction en géneral. Il compte 80 000 membres. Il est aussi présent en Irlande.

 

 

    The Rail, Maritime and Transport Workers Union compte

76 093 membres, dans les chemins de fer, les port et docks, les car-ferries et le transport routier en général. (RMT adhérait au Parti travailliste. Il en a été exclu en raison des positions de certains de ses cadres, favorables à l’extrême gauche.)

The Education Institute of Scotland regroupe 43 182 enseignants en Ecosse

 

 

 

Community  regroupe 50 012 syndiqués dans les industries de l’acier, du textile, de la chaussure et du cuir.

 

 

 

The Fire Brigade Union rassemble 42 605 sapeurs-pompiers.

 

 

 

The Chartered Society of Physiotherapists syndique 37 601 kinésithérapeutes.

 

Equity est le syndicat des comédiens et acteurs, des personnels des théâtres, des modèles et des mannequins. Il rassemble 36 785 membres.

 

 

 

Le Professional Trades Union for Prison, Correctional & Secure Psychiatric Workers rassemble 33 000 fonctionnaires de l'administration pénitentiaire britannique. 

 

 

                                           

 

The musicians' Union compte 30 000 membres. Le syndicat représente les salariés des différents secteurs de l'industrie de la musique.

The National Union of Journalists  regroupe 31 000 journalistes au Royaume Uni et en Irelande.

                                              

Accord est le syndicat de 26 000 salariés du Lloyds Banking Group.

 

The Transport Salaried Staffs' Association syndique 22 700 membres du secteur du rail, du métro londonien, des ports et du transport des personnes et des marchandises.

The Broadcasting, Entertainment, Cinematograph and Theatre Union, compte 23 779 syndiqués des secteurs de la cinématographie, de la télévision et de la radio, du théâtre des arts, des loisirs et des médias.

 

 

The Society of radiographers compte 23 210 membres. Le syndicats représente tous les personnels de l'imagerie médicale et de la radiothérapie, à l'exclusion des médecins.

 

The Bakers, Food and Allied Workers Union, représente 20 371 salariés de l' agroalimentaire et des secteurs associés

The Associated Society of Locomotive Engineers and Firemen, syndique 18 898 conducteurs de train et personnels associés.

.

The union for senior public sector managers and professionals,  rassemble 18 269 hauts fonctionnaires.

The union for maritime professionals at sea and ashore, syndique 16 119 marins de commerce et personnels de la mer.

                                                        

The United Road Transport Union, rassemble 12 317 chauffeurs routiers.

 

The Nationwide Group Staff Union, syndique 12 000 salariés du groupe financiers Nationwide. 

The Society of Chiropodists and Podiatrists,    regroupe 9 000 pédicures et podologues.

 

 

 

The British Air Pilots' Association, représente 8 400 pilotes de ligne britanniques.

 

NAPO est un syndicat qui regroupe 8 360 agents de probation des services de Justice, en Angleterre, au Pays de Galle et en Ireland du Nord.

 

Advance est le syndicat qui défend les intérêts de 7 482 salariés du groupe financier SANTANDER.

 

The British Dietetic Association, syndique 6 722 diététiciens.

 

Union for Borders, Immigration & Customs. Le syndicat qui regroupe des fonctionnaires des Douanes et des services de contrôle aux frontières, comptait 4 500 membres en 2012. Il n'est pas affilié au TUC.

UNITY est le syndicats de 4 184 salariés de l'industrie de la céramique, de la faïence et de la poterie.

 

Undeb Cenedlaethol Athrawon Cymru syndique 3 946 professeurs et chefs d'établissements scolaires, au Pays de Galles.

 

 

The Hospital Consultants’ and Specialists’ Association  syndique 3 432 médecins des secteurs public et privé.

The Association of Educational Psychologists est le syndicat de 3 341 psychologues.

The Britannia Staff Union représente 3 149 salariés des banques mutualistes et  coopératives

 

The Professional Footballers Association rassemble 2 763 footballers professionnels.

 

 

 

The National Association of Stable Staff,  représente 2 516 salarié du secteur hippique.

 

 

Technical, Energy and Administrative Management  est une association de 2 218 membres salariés d'une grande variété d'activités telles que la finance, la distribution, l'industrie, la maintenance et les mines, son champ d'intervention initial.

 

 

The National Association of Co-operative Officials, est le syndicat des coopératives et des entreprises mutualistes. Nacco syndique 1 986 personnes.

Aegis represente 1 727 salariés du groupe financier AEGON-UK dont les activités regroupent des fonds de pension et des assurances.

The National Union of Mine Workers syndique 1 885 mineurs.

 

 

The Yorkshire Independent Staff Association, représente 1 365 salariés de la société de crédit  Yorkshire Building Society

                                                    

The Skipton Union Representing Group Employees est le seul syndicat reconnu par le groupe financier SKIPTON dans le cadre des négociations internes, liées aux salaires et leurs accessoires ainsi qu'aux conditions de travail.

 

 

The Writers'Guild of Great Britain syndique 1 000 écrivains et scénaristes des divers médias.

 

 

The British Orthoptic Society Trade Union, représente 975 orthoptistes au Royaume Uni et en Irelande.

 

The Association of Flight Attendants syndique 500 salariés du personnel naviguant des compagnies aériennes britanniques.

The National Association of Colliery Overmen, Deputies and Shotfirers, rassemble 323 salariés, surtout des cadres, de l'industrie minière.

En 1979, les syndicats britanniques rassemblaient 13,5 millions de salariés. Les derniers chiffres montrent que 6,5 millions de travailleurs étaient syndiqués en 2013. La baisse des efffectifs est intervenue principalement dans les années 1980-1990. Elle a pour causes essentielles les transformations structurelles de la population active ;  la casse industrielle de la politique ultralibérale du gouvernement Thatcher et les lois interdisant le contrôle des embauches par les syndicats dans les grandes enreprises.  La baisse des effectifs s'est interrompue en 1998.

Depuis lors, le nombre de syndiqués reste stable ou a tendance à augmenter. Certains syndicats se renforcent, comme The Rail and Maritime Transport Union (RMT) que 80 000 salariés ont rejoint au cours des dernières années. Toutefois, certains secteurs d'activités restent faibles, comme celui  du commerce avec 1 travailleur syndiqués sur 10 ou celui des activités et technologies nouvelles dont les salariés ne sont généralement pas syndiqués.

56% des agents du secteur public sont syndiqués contre 14% des salariés du privé. L'industrie automobile, les transports et l'énergie concentrent le plus grand nombre de syndiqués.

Les syndicats conservent une force certaine. Les manifestations contre la réforme des retraites du secteur public en novembre 2012 avaient réuni plus de 2 millions de personnes à Londres. Des entreprises du privé ont connu des grèves longues.

Les études montrent que les syndicats continueront à se renforcer dans les années à venir. En effet, ils sont considérés par les britanniques comme un vecteur majeur de la lutte contre l'injustice et les inégalités qui minent la société.

Mise à jour : 3 septembre 2014

Partager cette page

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge