Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 10:49

htt

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 18:05

COMMUNIQUE
UCR-CGT et la Fédération Nationale CGT des Personnels des Organismes Sociaux CGT

Plus de 20 000 nouveaux retraités privés
de pensions en Ile de France !

 

Au terme d’une vie de travail devoir attendre des mois pour toucher sa pension est insupportable et pour certains dramatique. C’est pourtant ce qui arrive à des milliers de retraité-e-s de l’Ile de France, mais aussi dans d’autres départements.

Pourquoi une telle situation ? Parce que les restrictions budgétaires et les réductions d’effectifs des caisses de Sécurité Sociale et des CARSAT rendent impossible le traitement normal des dossiers. Au point qu’en mars dernier près d’un tiers des personnels d’Ile de France se sont mis en grève à l’appel de trois syndicats, la CGT, FO et l’UNSA. Cela aurait dû alerter directions des caisses et gouvernement. Mais non, l’obsession des mesures d’austérité et de la réduction des dépenses publiques a prévalu, sans considération pour les agents et pour les retraités.

La multiplication des heures supplémentaires et le renfort d’agents d’autres départements n’ont pas permis de rattraper le retard. C’était prévisible. Aujourd’hui plus de 8000 dossiers d’ouverture de droits à la retraite sont en souffrance auxquels il faut ajouter les dossiers de pensions de réversion et de minimum vieillesse. Et sans retraite de la Sécurité sociale chacun sait qu’il n’est pas possible de faire valoir ses droits à la retraite complémentaire. On peut imaginer la détresse dans laquelle sont plongés des milliers de retraités.

L’informatisation du traitement des dossiers a servi de prétexte pour réduire les effectifs et fermer les points d’accueil, « remplacés » par des rendez-vous avec un conseiller. Mais il faut parfois attendre des mois pour obtenir un rendez-vous ! Résultat : les contrôles bloquent le traitement et les dossiers s’accumulent.

Les directions de la Sécurité sociale pas plus que le gouvernement ne peuvent feindre la surprise. En mai 2015, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, avait alerté le Premier ministre sur « l’urgence des mesures à prendre pour garantir la liquidation des pensions en retard », et avait exigé « qu’un suivi strict des dossiers soit mis en place ». Le 30 octobre 2015 un communiqué de l’UCR demandait « l’attribution effective de moyens financiers, le maintien ou la réouverture en proximité de permanences et antennes CARSAT, des créations d’emplois et des moyens matériels correspondant au fonctionnement serein de l’ensemble de ces structures. »

Ces exigences demeurent d’une brulante actualité pour résorber au plus vite le retard dans le traitement des dossiers de dizaines de milliers de retraités en Ile de France et dans le pays.

L’UCR CGT et la fédération CGT des organismes sociaux appellent leurs organisations à susciter et à soutenir l’action des agents de la Sécurité sociale et des retraité-e-s pour concrétiser ces exigences et à participer nombreux aux journées nationales d’action à l’initiative de la CGT et de l’UCR CGT les 12 et 28 septembre.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 17:16

Œufs contaminés, le symptôme d’un libéralisme débridé

 

La Fédération nationale de l’agro-alimentaire (Fnaf), dans un récent communiqué, s’offusque de la réponse sans envergure du ministre de l’Agriculture face au scandale des œufs contaminés. "En limitant son intervention à une question de relations et de lenteur dans le transfert d’informations, le ministre de l’Agriculture privilégie les aspects secondaires pour ne pas aborder les vraies solutions", s’offusque la Fnaf.

Ce scandale, rappelle la Fédération, prend sa source aux Pays-Bas, où des éleveurs néerlandais de poules pondeuses en batterie, victimes de parasites, ont utilisé un insecticide trafiqué d’un chimiquier belge se fournissant en Roumanie par souci de rentabilité financière. Cet insecticide comprenait la molécule de Fipronil, reconnue pour sa toxicité sur la santé humaine.

En France, cinq entreprises d’ovoproduits auraient été livrés en œufs contaminés venant des Pays-Bas, alors que la France est largement auto-suffisante dans cette filière de production. Pour la Fnaf, ce scandale pose à nouveau l’exigence de réponses fondamentales face à des réalités inquiétantes :

  •  la responsabilité des entreprises agro-alimentaires dans leur politique d’approvisionnement ;
  •  la validité des contrôles internes effectués par les entreprises. Pour la Fnaf, on doit leur privilégier les contrôles publics des élevages et des entreprises ;
  •  l’absence de contrôle aux frontières ;
  •  l’industrialisation des élevages de poules pondeuses ;
  •  le développement de politiques nutritionnelles nationales privilégiant la qualité au prix.

 
 
Repost 0
Published by retraitecgtmanche
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 14:06

Deliveroo

Le 27 juillet 2017, Deliveroo  ( Société britannique appartenant à l'économie dite de partage, appelée "gig economy", spécialisée dans le port de repas à domicile, n'assure aucune couverture sociale ou salaire minimum ) a décidé de modifier unilatéralement tous les contrats de ses coursiers à vélo pour les payer à la tâche. Ces contrats, loin d’être mirobolants, assuraient une rémunération minimum de 7,5 euros par heure ainsi qu’une part variable allant de 2 à 4 euros par course.

Le procédé employé est d’une brutalité inouïe : un simple appel téléphonique pour annoncer la suppression du contrat avec, pour seule alternative, la « liberté » de partir ou un paiement à la course à hauteur de 5 euros, sans minimum. A la clé, des pertes de revenus de l’ordre de 30 à 40 % et la difficulté à vivre qui en résulte.

La technique n’est pas nouvelle, profiter de l’été pour s’attaquer aux droits et garanties et augmenter la précarité. Encore une fois, politiques au pouvoir et grandes entreprises s’entendent sur ce sujet. Sur le fond, c’est la mise en œuvre pour les travailleurs dits « ubérisés » de ce dont rêvent Macron et les entreprises financiarisées pour l’ensemble des salariés au moyen des ordonnances.

Le syndicat CGT des coursiers à vélo de Gironde et ses syndiqués se mobilisent afin de stopper les abus et de rééquilibrer les pouvoirs entre les coursiers et les sociétés de plateformes. Ceci permettant d’encadrer le travail et d’éviter la paupérisation du métier.

Malgré la volonté de Deliveroo de contourner par tous les moyens la grève des coursiers, le mouvement s’étend à Lyon et Paris, à partir de revendications communes. Avec son syndicat, la CGT apporte tout son soutien à cette lutte. Elle exige pour ces travailleurs auprès des sociétés de plateformes :
- un pouvoir de négociation et de représentation véritable ;
- la création de « comités d’entreprises » et d’instances représentatives des personnels ;
- le bénéfice des protections garanties par le code du travail, évitant la création d’un statut de surexploitation et d’une « zone grise » de non-droit.

Dans ce contexte, la CGT a pris l’initiative de se porter partie intervenante auprès de la Cour de Cassation pour la requalification en contrat de travail de la relation liant un ancien livreur à vélo de TakeEatEasy. C’est la première fois que la Cour de Cassation aura à juger du cas d’un livreur en litige contre une plateforme numérique dans le cadre du droit du travail.

Le combat se prépare pour la rentrée. D’un côté, les 1000 coursiers concernés seront au RSA à partir du 28 août. De l’autre, les salariés sont appelés à se mobiliser contre la loi Travail XXL. La lutte des uns est bien la lutte des autres. La régression ne peut être le commun de tous les travailleurs mais bien le contraire du droit à l’autonomie et du progrès social pour tous.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 10:28

Télécommunications

 

Dans un communiqué, la FAPT-CGT revient sur le discours du président de la République Emmanuel Macron en clôture de la conférence des territoires. Réaffirmant sa volonté de couvrir le territoire français en haut débit d’ici 2020, le président en a profité pour introduire la notion de "bon débit", soit 8 megabits/seconde, qui pourrait se substituer dans certains cas au très haut débit, soit 30 megabits/s. Cette assertion fait peser la menace d’un risque d’inégalité d’accès à l’Internet, "selon que tu sois riche ou pauvre, selon que tu habites en ville ou à la campagne", commente la FAPT.

C’est un risque inacceptable, pour la FAPT-CGT, à l’heure d’une numérisation de la CGT qui touche toutes ses composantes. La CGT revendique pour sa part une couverture en très haut débit de 100% du territoire et donc de la population d’ici 2022 en privilégiant la fibre optique. La CGT défend une appropriation publique démocratique des activités de télécommunication, qui permettrait aux élus locaux, aux salariés du secteur, au même titre que les gouvernements et les opérateurs, de prendre des décisions sur la base de l"intérêt général, et non plus sur le seul critère de la rentabilité financière immédiate.

Cette appropriation publique permettrait d’imposer aux opérateurs d’investir sur leur fond propre pour la construction du THD fibres et de la 5G, de maitriser les réseaux pour une meilleure mutualisation, et de mettre fin à la précarité des employés du secteur. La FAPT-CGT craint en effet que le contrat de projet, tel que le prépare la Loi Travail XXL, ne soit imposé au secteur des télécommunications.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 10:23

Première partie de l’interview de Philippe Martinez sur la Loi Travail XXL, réalisée dans les locaux de la CGT.

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
4 août 2017 5 04 /08 /août /2017 15:05

La minute stat’

Lors de ses enquêtes de conjoncture d’avril 2017, l’Insee a répertorié les différents freins à l’embauche cités par les entreprises interrogées. Le Code du travail est-il réellement le frein à l’embauche principal, comme nous l’assènent les gouvernements successifs pour justifier leurs réformes antisociales ? Place aux chiffres !

D’après madame Pénicaud, la ministre du Travail, le Code du travail ne serait fait que « pour embêter 95 % des entreprises ». Outre l’occultation quasi malhonnête du rôle protecteur du Code du travail, on se demande sur quelles données se base madame la ministre pour nous livrer cette... « analyse »...

Dans son enquête de conjoncture d’avril 2017, l’Insee a interrogé les employeurs au sujet des barrières à l’emploi, et obtient les résultats suivants :

Dans chaque secteur, on s’aperçoit que les barrières liées à la réglementation concernent beaucoup moins de salariés que, par exemple, les barrières liées à l’incertitude économique (on constate un différentiel de 8 à 20 points suivant les secteurs). On est par ailleurs bien loin du chiffre de 95 % négligemment balancé dans la fine analyse économique de notre ministre du travail...

Par conséquent, le détricotage systématique du Code du travail est loin d’être une priorité pour dynamiser les embauches. Les réformes mises en place par les gouvernements successifs n’auraient-elles donc pour seul but que de favoriser les actionnaires au détriment des salariés ? Nous n’osons le croire...

S’agissant d’une enquête à destination des entreprises, les chiffres obtenus ne sont pas objectifs mais reposent sur le ressenti des employeurs ; il représentent donc le point de vue de ces derniers, et non une analyse factuelle. Par ailleurs, il est inutile de préciser que l’affirmation : « Je ne peux pas recruter, j’ai trop gavé mes actionnaires » ne fait pas partie des réponses proposées dans le questionnaire...

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 19:26

Une pétition en ligne contre la suppression de 6 postes d’ambulanciers

 

La direction du CHU de Rouen a annoncé la suppression de 6 postes de conducteurs ambulanciers au service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) dans une logique purement financière.

Une pétition a été mise en ligne pour préserver ce service public indispensable. En effet, le secteur d’intervention du service couvre les deux tiers du département de la Seine-Maritime. La disparition de ce qui représente l’effectif d’une équipe de nuit entière pourrait occasionner un allongement des temps d’intervention, dont les conséquences s’avéreraient bien entendu très graves pour les patients.

À noter que la direction souhaite sous-traiter certaines missions à des entreprises privées – c’est notamment le cas pour les transferts pédiatriques. Elle fait ainsi un pas de plus vers la marchandisation de la santé humaine.

Pour soutenir les ambulanciers du CHU de Rouen, signez la pétition !
https://www.change.org/p/chu-de-rouen-urgence-au-samu-76-non-aux-suppressions

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 19:22

Commerce

Les salariés de la société de vente de cosmétiques se voient menacés de sanctions collectives si des vols sont constatés, les forçant à effectuer un travail qui n’est pas le leur.

La société Nocibé fait preuve une fois encore d’un comportement des plus cynique. En effet, les salariés de la filiale du groupe allemand Douglas spécialisée dans la vente de cosmétiques se voient menacés de sanctions si des vols sont constatés. Dans plusieurs magasins, le personnel a ainsi reçu un courrier de mise en garde qu’il doit signer et afficher en salle de pause.

Au-delà du caractère infantilisant et humiliant de la sanction, l’attitude de la direction est proprement irresponsable. En effet, en plus d’accueillir, conseiller, vendre, répondre au téléphone, faire les paquets cadeaux et même le ménage, les vendeurs et vendeuses (le personnel est composé à 98 % de femmes) doivent en plus surveiller les magasins !

Cette tâche, qui nécessite des qualifications bien précises, s’avère également particulièrement risquée, tant physiquement (les agressions envers le personnel ne cessent de se multiplier) que moralement. Nocibé met volontairement ses salariés en danger pour maximiser ses profits !

Dans un communiqué paru le 28 juillet dernier, la fédération commerce et services CGT demande à la direction « l’arrêt immédiat de ces pratiques scandaleuses et la mise en place d’agents de sécurité permanents dans tous les point de ventes – comme c’est le cas dans les entreprises concurrentes du secteur de la parfumerie – et la mise en place de moyens de dissuasion efficaces contre le vol et les agressions – comme c’est le cas dans les secteurs de la banque et de la bijouterie ».

Avec un chiffre d’affaires de 1,56 milliard d’euros en 2016 et une progression de 7 % sur ses ventes, Nocibé devrait pourtant être en capacité d’assurer la protection de ses 4 000 salariés...

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 14:31

CETA

En pleine période estivale, encore un mauvais coup pour les travailleurs, l’emploi, les consommateurs, l’environnement et la démocratie

 

Saisi en février par plus de 110 députés et 40 sénateurs progressistes qui demandaient de censurer l’Accord économique et commercial global (AEGC) ou Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), le Conseil constitutionnel vient de considérer le CETA conforme à la Constitution. Conscient du mauvais coup qu’il porte à notre modèle social en ouvrant la porte d’une régression en matière de standards sociaux et environnementaux, le Conseil constitutionnel a choisi la période estivale (le 31 juillet) pour annoncer en catimini sa décision[1].

Dans une décision très courte[2], le conseil rejette donc les objections présentées par les parlementaires.

Malgré les risques que cet accord fait subir aux Européens, à ses entreprises et à l’emploi, malgré les risques que cet accord fait subir aux populations en termes de santé et de sécurité, malgré les risques que cet accord, négocié dans le secret le plus absolu, fait courir à la démocratie, le Conseil constitutionnel sans prendre en compte les enjeux présents et futurs (JEFTA…), rend une décision sans réels arguments et sans cohérence. Il valide ainsi cet accord et ouvre à la France une application provisoire de l’accord en édictant que « L’accord économique et commercial global entre le Canada, d’une part, et l’Union européenne et ses États membres, d’autre part … ne comporte pas de clause contraire à la Constitution. »

Le Président Macron qui s’est d’ores et déjà exprimé en faveur du CETA a nommé, sous pression des syndicats et ONGs, une commission d’experts pour donner son avis, avant la mise en application provisoire (prévue le 21 septembre).

La CGT s’interroge sur l’objectivité des experts nommés dans cette commission. Des experts qui par le passé ont soit participés à l’élaboration du CETA, soit fait connaître leur approbation des accords de libre-échange.

La CGT continuera à faire entendre sa voix et à lutter contre tous les accords de libre-échange (dit communément accord FTA de nouvelle génération) qui iraient à l’encontre des besoins des travailleurs, des consommateurs, de l’emploi, de l’environnement et de la démocratie.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Horloge