Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 09:28

"Il faut que tout change pour que rien ne change" (1)

La pénalisation de l'action de l'action syndicale reste à l'ordre du jour en France. Un nouveau gouvernement mais de vieilles méthodes. Le dernier quinquennat a été très répressif et de nombreux militants ont été  poursuivis et condamnés.

Rien ne change !

Pour preuve : La convocation de notre camarade Catherine M, ex-Secrétaire Générale du syndicat CGT Energie Manche, convoquée par la police judiciaire de Cherbourg lundi 12 juin à 11h00 à l'hôtel de police de Cherbourg.

Elle est soupçonnée d’avoir commis ou tenté de commettre une infraction de DEGRADATION OU DETERIORATION DU BIEN D’AUTRUI COMMISE EN REUNION PAR UNE PERSONNE MORALE sur le site d’Equeurdreville.

Cette convocation fait suite à des actions du personnel sur le site ENEDIS d’Equeurdreville pour défendre, les emplois, le maintien des sites et obtenir une augmentation du Salaire National de Base, juste reconnaissance du travail réalisé alors que les employeurs avaient décidé le gel des salaires.

Ce mouvement social national dans les Industrie Electriques et Gazières a notamment permis d’obtenir une prime exceptionnelle versée aux salarié(e)s des IEG hormis les personnels statutaires et conventionnés des activités sociales. La CGT exige que ces personnels bénéficient aussi de cette prime.

Lorsqu’on touche à un militant de la CGT c’est toute la CGT qui est attaquée !

Aussi le syndicat CGT Energie Manche appelle tout le personnel à se mobiliser en grève Lundi 12 juin et à se rassembler à 10h30 devant le commissariat de Cherbourg, 2 rue du Val de Saire pour soutenir Catherine.

Ce n’est pas dans les commissariats que se règlent les questions de dialogue social ou la réponse aux revendications. La CGT dénonce la criminalisation de l’action syndicale.

La CGT Appelle à la grève pour venir au Rassemblement et soutenir Catherine,  Lundi  juin 2017 à 10h30 devant le commissariat de police de Cherbourg

Un préavis de grève national dans les IEG a été déposé par la FNME CGT du 6 juin au 31 aout 2017

 

(1) Le Guépard, roman critique des élites traditionnelles, de Giuseppe di Lampedusa

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 22:22

 

Les pouvoirs publics doivent immédiatement appliquer cette décision

 

La loi sur l’état d’urgence sert définitivement davantage au contrôle social sur les citoyens qu’à contrer le terrorisme.
La CGT salue la décision du Conseil constitutionnel, publiée ce jour, qui porte sur les décisions préfectorales interdisant à une personne qui « chercherait à entraver l’action des pouvoirs publics » de paraître dans certains espaces privés et publics, y compris à son propre domicile ou lieu de travail.
Le Conseil juge que ces interdictions de séjour sont disproportionnées par rapport à l’atteinte qui est portée à la liberté de manifester. Il censure la loi qui encadre insuffisamment ces interdictions de séjour et permet tous les arbitraires.


Et en effet, on constate que, prétendument adoptée pour combattre le terrorisme, la loi instaurant un état d’urgence en France sert, avant tout, à combattre les luttes sociales. La plupart des interdictions de séjour (639 à ce jour, selon Amnesty International) ont été prises à l’encontre non pas de prétendus terroristes mais de manifestants opposés à la loi Travail.
Il est cependant inadmissible que le Conseil constitutionnel ait décidé de reporter les effets de sa décision au 15 juillet prochain. Cela valide malheureusement a posteriori toutes les décisions d’interdictions de séjour prises à ce jour en violation des droits et libertés individuelles des manifestants. Et, cela laisse le temps au gouvernement de revoir sa copie tranquillement lors d’une éventuelle prolongation de l’état d’urgence, déjà annoncée par Emmanuel Macron. Les préfets doivent sur le champ cesser de prendre de telles mesures contraires aux droits fondamentaux.


Usages du 49-3, ordonnances sans débats législatifs ou encore mesures de rétorsion contre les manifestants, les mesures anti-démocratiques se suivent et se ressemblent sous couvert de transparence et de concertation.
Tout cela ne fait que renforcer la détermination de la CGT à lutter contre toute loi sociale régressive, de celle sur l’état d’urgence à celle sur le « travail » !

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 22:20

Depuis des semaines, le chef de l’État et son gouvernement affirment qu’ils consulteront les syndicats, en vantant les mérites d’une méthode qui ressemble plus, à ce jour à de l’enfumage qu’à de véritables intentions de négocier.

L’exécutif essaie donc de nous duper car, aujourd’hui encore, aucun texte ne précise les mesures concrètes qui seront avancées.

Répéter sans cesse que 50 réunions sont d’ores et déjà programmées avec les syndicats sans, toutefois, préciser que prit séparément chacun bénéficiera en tout et pour tout de 3 réunions de 2 heures sur les 3 thèmes décidés, c’est tout bonnement scandaleux.

Dissimuler les véritables objectifs, attendre les résultats des législatives, jouer du nombre de rencontres avec les syndicats puis promulguer par ordonnances une reconfiguration d’un Code du travail aux services du patronat, la CGT ne laissera pas faire !

Avancer masquer ne laisse donc guère de doute sur les mesures envisagées dans la droite ligne de la loi travail ; mesures qui pourraient se révéler beaucoup plus dangereuses que les intentions affichées par le gouvernement : en renforçant principalement le lien de subordination des employeurs, en vidant de sa substance les contrats de travail et en ouvrant la possibilité de pouvoir licencier sans ménagement.
La méthode est donc révélatrice de la nocivité du projet.

Se préparer à la lutte et à la mobilisation pour faire reculer les mauvaises mesures et imposer nos propositions sont les seules réponses de nature à changer la donne dans les prochaines semaines

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 13:45

Vie nouvelle au Salon des seniors

 S'il fallait une preuve supplémentaire de l'importance de la place des retraités dans la société, le Salon des seniors qui s'est tenu à Paris du 18 au 21 mai, en est une. Un Salon à dominante commerciale certes mais le stand de Vie nouvelle a suscité une curiosité réelle...

Le Salon a été l'occasion pour les militants de l'Union Confédérale des Retraités CGT, très actifs sur le stand, de présenter leur magazine et d'engager la discussion avec les visiteurs. Bien accueillis, les militants ont pu également faire découvrir leur organisation et ses activités, ce que la plupart des visiteurs ignoraient. 

Onze personnes ont rejoint la CGT à cette occasion, de nouvelles forces pour les actions de retraités à venir. Et les mobilisations ne vont probablement pas manquer vu les projets du président de la République les concernant.

Nous avons saisi quelques images et témoignages de l'événement. Des propos encourageants.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 22:41

 

Où est l’intérêt des salariés dans ces annonces ?

 

Le gouvernement a dévoilé ce mardi son programme de réformes à court et moyen terme concernant principalement le droit du travail, les moyens d’intervention des salariés, la formation professionnelle, l’apprentissage, l’assurance chômage et la retraite.

La Cgt a pris connaissance en même temps que la presse du contenu précis de ces propositions, ce qui nous laisse interrogatif sur la méthode de concertation envisagée.

Faisant référence à la mondialisation et à une mutation de l’économie, le Premier ministre a justifié ce besoin urgent de réforme, laissant à penser que les principales causes du chômage de masse résideraient dans la rémunération du travail, et les garanties collectives des salariés.

Sans surprise, le gouvernement propose des recettes déjà utilisées depuis plusieurs décennies qui n’ont jamais produit d’effets si ce n’est détruire, les droits, les protections des salariés sans aucune répercussion positive sur le niveau de l’emploi bien au contraire. L’idée selon laquelle l’accroissement de la flexibilité, l’augmentation du pouvoir des employeurs est source d’une meilleure compétitivité et de création d’emplois, est très ancienne. Elle est aujourd’hui officiellement remise en cause : des études notamment de l’OCDE confirment qu’il n’y a pas de relation entre le taux de chômage et le taux de protection de salariés. A l’inverse, cela a eu un effet immédiat sur le niveau de rémunération du Capital.

L’option est donc de sécuriser les employeurs et de précariser les travailleurs.

Alors que le travail génère beaucoup de souffrance, et les emplois durement attaqués sous pression d’une économie de plus en plus financiarisée. Le cadre de cette réforme risque de peser une nouvelle fois sur les conditions de vie et de travail des salariés. L’idée de décliner un code du travail entreprise par entreprise, affaiblir les branches ou barêmiser les indemnités prud’homales induira du dumping social, alourdira le lien de subordination à l’entreprise déjà bien à l’avantage des employeurs.

Un code du travail et des garanties collectives d’avenir devraient apporter de nouveaux droits, changer notre mode de développement, mieux répartir les richesses produites. Le gouvernement semble décider l’inverse, il a choisi son camp. Nous ne partageons ni son diagnostic, ni ses orientations et ses objectifs. Il semble attendre le résultat des élections législatives pour affirmer d’une manière définitives ses intentions, tout en confirmant l’utilisation d’ordonnances dès cet été pour accélérer un processus qui n’a pas lieu d’être.

La Cgt a porté de nombreuses propositions depuis l’an dernier pour améliorer la situation économique et sociale du pays, elle continuera de s’inscrire dans un processus résolument offensif et progressiste. Elle appelle l’ensemble des salariés à se mobiliser pour peser dans les jours et les semaines à venir à partir de leurs revendications qui sont à l’opposé des intentions gouvernementales.

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 11:32

Risques psychosociaux, souffrance au travail

Communiqué de presse de la Fédération CGT des Cheminots

Convoquées le 1er juin par la direction SNCF dans le cadre d’un Comité national Hygiène Sécurité et Conditions de travail ordinaire, les fédérations CGT, Unsa, Sud-Rail et CFDT ont fait le constat de l’absence de réponses concrètes et complètes face à la dégradation rapide et inquiétante des conditions de vie et de travail des cheminots.

Le premier trimestre 2017 a été marqué par un nombre exceptionnel d’accidents graves, plusieurs suicides ou tentatives et de nombreux accidents mortels.
Dans la plupart des situations, l’organisation de la production, les moyens humains et matériels, les objectifs irrationnels et donc souvent inatteignables, une ambiance favorisant la répression et les pressions managériales, sont mis en exergue.


Le cloisonnement grandissant de l’organisation du travail, les réorganisations incessantes, la gestion par activité et l’absence de visibilité sur la place des cheminots et leur avenir dans les projets de la direction SNCF, provoquent inquiétudes et interrogations.


Face à une direction qui refuse de reconnaître l’existence d’un mal-être grandissant au travail, les fédérations syndicales CGT, Unsa, Sud-Rail et CFDT ont donc pris la décision de déposer une alarme sociale (demande de concertation immédiate). Celle-ci vise à exiger de la direction de l’entreprise publique qu’elle prenne les responsabilités qui sont les siennes en présentant des dispositions pérennes à la hauteur de la situation.



La Fédération CGT des cheminots redit qu’elle ne se contentera pas de simples déclarations d’intention ni mesures d’affichage. Si d’aventure la direction SNCF restait figée dans son positionnement actuel, elle porterait l’entière responsabilité de nouveaux drames.

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 19:14

Mouvement social

Les transporteurs de matières dangereuses vont pouvoir négocier

 

Victoire !

La CGT Transports, après une grève de six jours, a réussi à faire céder le patronat, pour qu’il s’asseye à la table des négociations.

Débutée le 26 mai dernier, la grève des transporteurs de matières dangereuses - soutenue par la seule CGT - s’est finalement achevée après trois jours de mobilisation. Très suivi par les transporteurs - près de 70% d’entre eux faisaient grève en région parisienne - le mouvement a permis l’organisation d’une rencontre au ministère des Transports le 31 mai. Organisations syndicales - CGT, CFDT, FO, CFTC - et patronales ont négocié trois heures durant. Au final, la CGT Transports a obtenu en grande partie gain de cause. Entre mi-juin et mi-juillet, des réunions vont se tenir, qui vont permettre de revoir les contrats type, mais aussi de rénover la convention collective, en prenant en compte les spécificités des transporteurs de matière dangereuse. Sébastien Baugé, qui a participé à la rencontre ministérielle, revient sur les engagements qui ont été pris, grâce à l’action de nos camarades CGT, et de tous les salariés qui ont suivi le mouvement.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 22:26

 

Les transporteurs de matières dangereuses en grève reçus au ministère

 

S’achemine-t-on vers la fin de la grève des transporteurs de matières dangereuses ?

Une délégation CGT Transports est actuellement reçue par le ministère du Travail. Selon des camarades présents lors de l’entrevue actuellement en cours, on pourrait s’acheminer vers un lever du piquet de grève.

Rappelons que la grève, qui a débuté le 26 mai dernier, a été reconduite, ce 31 mai, pour la sixième journée consécutive. Plus de 300 stations d’essence, en région parisienne, sont actuellement touchées, et 400, sur l’ensemble de l’Hexagone, sont en panne sèche.

D’après les camarades, la grève a été d’ores et déjà levée à la Rochelle, devant les dépôts de carburants.

Rappelons que la CGT Transport revendique :

 une durée journalière de travail maximale de 10 heures ;
 une période de repos hebdomadaire de 45 heures incompressible ;
 un suivi médical semestriel spécifique ;
 un dispositif individuel de sureté sécurité ;
 un taux horaire minimal de 14 euros/heure ;
 un troisième mois conventionnel.

À l’origine de ce mouvement de grève, une absence de dialogue social, et un mépris du patronat vis-à-vis des revendications des transporteurs.

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 19:01

Débats

La CGT a organisé le 29 mai 2017 à Montreuil une journée d’échanges autour du mix énergétique et l’énergie nucléaire.
Marie-Claire Cailletaud, dirigeante à la Fédération CGT Mines-Énergie nous explique les enjeux de ces débats.

 
Repost 0
Published by retraitecgtmanche
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 14:16

Le retraité sera la vache à lait du nouveau gouvernement !

Au nom de la solidarité intergénérationnelle, 60% des retraités vont voir leur pension amputée de 1,7 point. C’est en fait un cadeau de plus aux patrons et actionnaires.

Emmanuel Macron a, le 18 avril, publié une lettre ouverte à l’attention des retraités. Il y écrit notamment : « je veillerai à ce que les 40% de retraités les plus modestes soient exonérés de l’augmentation de 1,7 point de la Cotisation sociale généralisée… ». En creux, cette phrase indique que la CSG augmentera de 1,7 point pour 60% des retraités dans les prochains mois.

Ainsi, près de 10 millions de retraités verront leur pension diminuer, tandis que les 6 millions dont la pension nette mensuelle n’atteint pas 1 250€ pourraient être épargnés.



Dans sa lettre aux retraités, Emmanuel Macron ne précise pas pour quelle raison il a décidé de taxer 60% des retraités via une augmentation de la CSG, alors que les pensions sont bloquées depuis quatre ans. Mais il indique ceci : « c’est une mesure qui renforcera en actes la solidarité intergénérationnelle car, grâce à vous, nous redonnerons du pouvoir d’achat à vos enfants et à vos petits-enfants après une décennie au cours de laquelle il n’a que très peu augmenté».

Taxer les retraités plutôt que les patrons

Voilà qui appelle une clarification. Concrètement, l’argent prélevé à travers l’augmentation de la CSG sur les salaires et sur les pensions de 60% des retraités permettra de supprimer sur le bulletin de paie des salariés la cotisation maladie égale à 0,75% du salaire brut et la cotisation chômage égale à 2,4%, soit une baisse totale de 3,15%. Par ce biais et compte tenu de la hausse de la CSG, les petits salaires nets pourraient augmenter de 1,48% sans que cela ne coûte un seul centime au patronat.



Dit autrement, de riches patrons de grandes entreprises qui gavent leurs actionnaires de dividendes verseront 20 à 25€ de plus par mois aux salariés du bas de l’échelle, sans augmenter d’un seul centime la masse salariale.10 millions de retraités paieront à leur place !

Le nouveau président de la République veut aussi une majorité de députés pour voter ses lois. Les postulants à la députation décidés à soutenir Macron devront inscrire leur candidature sous le sigle «En Marche» pour les scrutins des 11 et 18 juin prochains.



Avant de glisser son bulletin dans l’urne, mieux vaut savoir que voter pour des candidats estampillés « En Marche », c’est voter pour la baisse des retraites après quatre ans de blocage.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge