Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 10:50

LE DETOURNEMENT DE LA COLERE, CARBURANT DE L'EXTREME DROITE


 

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux comme les grands médias se font l’écho d’un appel à « bloquer » le pays pour condamner la hausse du prix des carburants.
Si la colère peut s’entendre car le prix des produits pétroliers devient exorbitant et intenable, il est nécessaire de regarder de près les contours de cette initiative.
Il faut examiner, aussi, avec attention les enjeux réels liés au pouvoir d’achat des Français, en lien avec les dispositifs et autres prélèvements assurant notre modèle social et la solidarité nationale.
L’appel lancé un samedi, sans réelle ambition de bloquer l’économie, s’appuie sur une colère légitime mais dont les ressorts sont obscurs et les solutions préconisées pour sortir de cet engrenage sur le long terme demeurent floues, voire dangereuses pour le monde du travail.
Plusieurs partis d’extrême droite semblent être à la manœuvre. Ils se font le relais d’une action qui, au final, encouragera à mettre taxes, impôts et peut-être demain cotisations sociales dans une même logique, alors que chaque dispositif joue un rôle différent et déterminant dans le cadre de notre modèle social et républicain.


Nous sommes clairement dans une instrumentalisation de l’exaspération !


Effectivement, depuis un an, les prix à la pompe ont grimpé de 23 % pour le diesel et de 14 % pour l’essence, dépassant dans les deux cas 1,50 euro le litre ; des taxes qui, à l’image de la TVA, sont les impôts les plus injustes, frappant, sans discernement, nos concitoyens comme les travailleurs de ce pays. Le patronat des sociétés de transport, pourtant exonéré de certaines taxes, joue un rôle sournois, espérant à terme de nouvelles concessions profitant aux lobbies routiers.


 


 


Il est évident que le gouvernement veut trouver une manne financière importante après plusieurs mois de cadeaux fiscaux aux plus fortunés, faisant suite à de nombreux allégements et autres aides au patronat qui ne donnent, par ailleurs, aucun résultat économique. Le gouvernement cherche donc plus à boucler son budget qu’à répondre à l’urgence de transition énergétique face aux enjeux environnementaux.


Le gouvernement met en difficulté des millions de Français qui, pendant des années, ont été encouragés à investir dans des véhicules diesel. Il semble plus guidé par la volonté de ponctionner que de préparer la transition écologique, il va empocher d’ailleurs plus de 23 milliards d’euros de taxes sur les énergies fossiles, alors qu’il va consacrer seulement 3 milliards d’investissement aux énergies renouvelables.


Nous le savons, les salariés, les retraités, les privés d’emploi aux revenus les plus faibles sont les premières victimes aujourd’hui des stratégies géopolitiques des pays riches, des spéculations sur les produits pétroliers. Et, il nous faut apporter des réponses précises – avec des financements adéquats – aux questions énergétiques et de transport mettant à contribution les entreprises, en créant un pôle public de l’énergie, notamment pour piloter les ressources et les matières premières en vue de répondre aux besoins humains et au respect de l’environnement.
Dans le même temps, il faut impérativement ouvrir partout des négociations salariales, gagner l’augmentation des pensions, des minimas sociaux, en se mobilisant massivement dans les entreprises et établissements et relever le smic à 1800 euros.
Des ambitions peut-être moins tapageuses mais plus à même de répondre durablement aux besoins des travailleurs !

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 15:18

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 18:48

 

Il est temps d’éradiquer la précarité !

 

Les chiffres du chômage du 3ème trimestre 2018 sont en hausse significative :

<b>La Manche</b>, championne de l'emploi en Normandie


• la catégorie A est en augmentation de 0.5% sur 3 mois pour atteindre 3 456 800 personnes privées d’emploi (+ 17 000 personnes) ;
• les catégories B et C qui représentent les catégories de travailleurs précaires sont en hausse de 0.2%, si la catégorie C (personnes ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois) est en légère baisse (-0.8%, ce qui représente 10 800 demandeurs d’emploi de moins) c’est parce que nous assistons à un transfert sur la catégorie B (personnes ayant travaillé moins de 78 heures par mois), laquelle augmente de 2.1%, soit +16 100 demandeurs d’emploi dans la catégorie des contrats très courts.
Nous pouvons constater, par ailleurs, une hausse permanente des chômeurs âgés de plus de 50 ans : leur nombre atteint 1 428 100, soit une augmentation de 0.7% sur 3 mois et de 3.1 % sur 1 an. Pour mémoire, ils étaient moitié moins en octobre 2013, soit 721 700.

Le chômage augmente dans la Manche, + 0,6 point et  18 950 demandeurs d'emploi. C'est d'ailleurs le département où le chômage augmente le plus au troisième trimestre.


La négociation sur l’assurance chômage s’ouvre dans ce contexte. Les travailleurs précaires sont donc de plus en plus nombreux.
La précarité prend de multiples visages à mesure que les gouvernements successifs autorisent le patronat à en abuser sous toutes les formes : intérim, CDD, CDI à temps partiels subis (notamment par beaucoup de femmes), statuts non-salariés imposés, etc.
Le gouvernement et le patronat veulent disposer d’une armée de travailleurs précaires, comme en Allemagne avec ses mini-jobs ou son Smic plus bas qu’en France ; comme au Royaume-Uni avec ses contrats « zéro heure ».
Les chiffres du chômage montrent pourtant, trimestre après trimestre, l’échec de cette politique d’austérité, de précarisation et de destruction des droits sociaux !
Pour lutter contre cette addiction, la CGT propose une sur-cotisation pour tous les contrats précaires et des nouvelles recettes.
Aussi, il n’y aurait pas de déficit de l’assurance chômage depuis des années si l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes était respectée.
Nous appelons l’ensemble des femmes et hommes vivant de leur travail ou qui en sont privés à la vigilance pour contrer cette politique et empêcher le patronat de faire le sale boulot du gouvernement, en baissant nos droits à toutes et tous.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 18:20

ASSURANCE CHÔMAGE

                       Le nouveau financement de l'Unedic, une brèche dans le système actuel d'<b>assurance-chômage</b>

Ce mercredi 24 octobre, s’est tenue une réunion du « groupe paritaire politique », prélude à la négociation : les organisations syndicales et patronales négociant la convention d’assurance chômage ont fixé un calendrier. Huit réunions auront lieu entre le 9 novembre et le 15 janvier. Il s’agit d’une négociation imposée par le gouvernement qui entend obtenir 3,9 milliards d’euros d’économies sur le dos des chômeurs en trois ans.


La CGT s’oppose à ces baisses de droits.

Le patronat (Medef, CPME et U2P) entend, au contraire, appliquer les économies aux seuls chômeurs. Il a annoncé vouloir s’attaquer aux droits des travailleurs précaires (comme le veut la lettre de cadrage du gouvernement) ainsi qu’au régime des intermittents du spectacle. Sont ainsi dans le collimateur les travailleurs qui alternent des périodes de chômage plus ou moins indemnisées;

                                        Le nombre de demandeurs d'emploi à nouveau en légère hausse au 3e trimestre

Les chiffres du chômage montrent l’augmentation constante de cette précarité.


Le patronat refuse d’envisager toute contribution des employeurs, en particulier la sur-cotisation sur les contrats précaires, les contrats courts, moins encore sur les autres CDD ou les CDI à temps partiels subis.
La CGT n’acceptera pas les baisses de droits et appelle l’ensemble des organisations syndicales à les refuser. La CGT propose de construire de nouveaux droits pour les jeunes, les seniors, l’égalité femmes/hommes et parvenir à un revenu de remplacement pour toutes celles et tous ceux qui en sont privés.

                                      Suppression de la cotisation d'<b>assurance-chômage</b> : combien allez-vous toucher en plus sur votre salaire net d'octobre ?...
Les mobilisations seront nécessaires, en particulier la manifestation contre le chômage et la précarité le 1er décembre prochain !

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 18:02

LIBERTÉ DE MANIFESTER

La CGT a été sollicitée sur une proposition de loi rédigée par le groupe Les Républicains qui vise à durcir le régime juridique des manifestations, en instaurant des mesures préventives et répressives attentatoires à la liberté de manifester.

INTERDICTION DE MANIFESTER DÉCLARÉE ANTICONSTITUTIONNELLE ...
Convoquée pour un « petit déjeuner » le jour même du passage de la proposition de loi au Sénat, la CGT pressent bien que cette consultation est déterminante pour le groupe LR qui n’hésite pas à lui soumettre un texte totalement finalisé !
Fichage des manifestants, fouille généralisée par des agents de sécurité privée, interdictions de manifester sous peine d’un an d’emprisonnement, le simple fait de se protéger avec un foulard des gaz lacrymogènes devient un délit pénal, absence totale de contrôle de l’autorité judiciaire de ces mesures… l’attaque est tellement virulente et attentatoire à la liberté de manifester, voire simplement d’aller et venir, que l’on se demande si tout cela est bien sérieux !
Après l’imposition d’un état d’urgence qui n’en finit pas puis d’une « loi antiterroriste » qui a permis d’assigner à résidence de simples militants, le groupe LR pond un nouveau texte dangereux et parfaitement inutile, au prétexte de lutter contre les violences commises lors de certaines manifestations. Il existe déjà, en effet, des dispositions législatives permettant les fouilles et contrôles aux abords des manifestations.
Ce n’est pas un hasard si cette proposition de loi arrive au moment de la rentrée sociale et du succès de la mobilisation du 9 octobre dernier. La CGT utilisera tous les moyens pour y faire obstacle, si le législateur entend la valider.
Ce n’est de toute façon pas une mesure répressive de plus qui empêchera les citoyens de faire valoir leurs revendications dans la rue !
Nous rappelons aux parlementaires que la liberté de manifester est une composante essentielle de la démocratie. Il leur appartient de la protéger.

 

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 19:04

C’est à Bruxelles que s’est tenu le 8e congrès de la FERPA, la fédération européenne des syndicats de retraités. L’occasion de faire le tour des politiques mises en œuvre dans chacun des pays concernant les retraités. De faire aussi le bilan des actions engagées au niveau européen et de prendre des engagements pour l’avenir. Extraits vidéos du congrès.

C’est à Bruxelles que s’est tenu le 8e congrès de la FERPA, la fédération européenne des syndicats de retraités. L’occasion de faire le tour des politiques mises en œuvre dans chacun des pays concernant les retraités. De faire aussi le bilan des actions engagées au niveau européen et de prendre des engagements pour l’avenir. 

Bruxelles sous le soleil durant les 3 jours qu’a duré le congrès, ce qui a réjouit les participants mais n’a pas manqué d’interroger sur la persistance de chaleurs quasi estivales et évidemment sur les effets du réchauffement climatique.

La même politique partout

Mais ce n’était pas à l’ordre du jour du congrès des retraités européens. Il s’agissait de confronter les expériences des syndicats des 11 pays représentés à Bruxelles, sur les 21 que regroupe la FERPA. Premier constat : Emmanuel Macron n’a rien inventé, ce sont les mêmes politiques ultralibérales qui sont à l’œuvre dans tous les pays, à l’exception du Portugal et un tournant en Espagne qui semble vouloir revenir sur l’austérité. Autre constat logique : ces politiques ont toutes les mêmes effets, la réduction des pensions et l’appauvrissement des retraités. L’exemple extrême demeure celui de la Grèce où les retraités ont vu leurs pensions réduites de plus de 30 % en quelques années de potions de la Commission européenne.

Bilan mitigé de l’action de la FERPA qui a été privée de sa secrétaire générale, Carla Cantone, candidate aux élections législatives Italienne et d’ailleurs élue. C’est ainsi que l’initiative européenne qui avait prévue au printemps 2018 n’a pu se tenir.

La reconnaissance du syndicalisme retraité en Europe

L’autre question soulevée de façon récurrente : la reconnaissance du droit de vote de la FERPA au sein de la CES (Confédération Européenne des Syndicats). Le secrétaire général de la CES, présent au congrès a renouvelé son accord et celui du secrétariat de la CES avec la requête de la FERPA, mais lors du dernier conseil d’administration de la CES, la proposition n’avait pas recueilli les deux tiers des voix nécessaires à son adoption. Un amendement sera à nouveau proposé lors de la prochaine réunion de l’instance délibérative de la CES.

La délégation de l’UCR CGT était composée de : Hubert Schwind, Mireille Paume, Marine Vincent, Monique Mouhat , Pascal Santoni invité.

Une nouvelle direction de la FERPA

La direction de la FERPA a été renouvelée avec l’élection d’un nouveau secrétaire général, l’Italien Agostino Siciliano, un nouveau président, le Hongrois Lajos Mayer et une nouvelle présidente du Comité des femmes, la Française de l’UCR CGT Mireille Paume.
La perspective d’une initiative européenne a été actée, la date et le lieu restant à fixer. Tous les participants étant d’avis qu’une mobilisation des retraités à l’échelle européenne est indispensable, étant donné la similitude des politiques qui frappent les retraités dans les pays de l’Union Européenne et l’urgence de faire converger les actions des diverses organisations de retraités.

LA FERPA

La Ferpa est une organisation membre de la Confédération européenne des syndicats qui représente plus de 80 millions de retraités et personnes âgées

et 10 millions d’affiliés dans 21 pays, représentés par 41 organisations de retraités, et un pays observateur.
Avec à sa tête, une Secrétaire générale et un Président élu par le comité exécutif, un comité de direction d’une dizaine de membres, un comité exécutif composé d’au moins un membre de chacune des organisations affiliées, un comité des femmes, une commission financière


 

La délégation de l'UCR CGT : Martine Vincent, Hubert Schwind, Mireille Paume, Olivier Jouchter, Monique Mouhat. Pascal Santoni invité.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 19:50

Décidément les retraités ne désarment pas. Bien au contraire ils semblent plus déterminés encore. Les propos banalisants et méprisants du président ne les impressionnent pas. La dernière conférence de presse d’Emmanuel Macron a révélé son incapacité à contenir le mécontentement des retraités comme celui des salariés. Nous allons continuer à convaincre et à mobiliser les retraités pour obliger ce gouvernement à « changer de cap ».

Emmanuel Macron communique mais ne convainc guère. Il a beau vouloir apparaître assuré de la justesse de sa politique, les résultats ne suivent pas. Les sacrifices imposés aux retraités et les cadeaux généreusement accordés aux plus riches devaient logiquement selon les discours officiels favoriser la reprise de l’emploi, le déploiement des investissements. Non ça ne marche pas.

Les dizaines de milliers de retraités manifestant le 18 octobre, après s’être mobilisés les 3 et 9 octobre derniers l’ont crié : « arrêter de nous maltraiter », « arrêter de nous taxer », « augmenter nos pensions », « nous voulons des services publics de qualité », « l’austérité ça suffit » !
Emmanuel Macron prétend favoriser le travail en imposant des sacrifices aux retraités. Mais en réalité il a surtout favorisé ceux qui exploitent le travail des autres, ceux qui n’ont jamais été aussi riches, ceux qui « optimisent » leurs dividendes, qui spéculent et abritent leurs fortunes dans les paradis fiscaux sans investir dans l’économie du pays. Et ça se voit, de plus en plus.

Le mouvement de protestation s’élargit : aux 9 organisations qui avaient pris l’initiative des rassemblements et manifestations du 18 octobre se sont joints 6 nouvelles associations de retraités, issues du monde agricole notamment. Le mécontentement est général, le président de la République, s’il fait mine de l’ignorer, a le plus grand mal à le contenir. Sa dernière conférence de presse a été révélatrice de ses difficultés : rien de convaincant, aucune perspective un tant soit peu encourageante, juste la fausse assurance d’un président qui veut maintenir le cap d’une politique désastreuse.

Nous allons continuer à aller à la rencontre des retraités, partout où ils et elles subissent les effets d’une politique qui sacrifie leur pouvoir d’achat, détruit des services publics qui leur sont indispensables, les prive peu à peu de tout ce qu’ils espéraient pouvoir bénéficier à la retraite.

Pour de nouvelles mobilisations, plus larges, plus fortes. Non, les retraité-e-s ne vous lâcheront pas Monsieur le président, car c’est de la qualité de leur vie et leur fin de vie, de l’avenir de leurs enfants qu’il s’agit.

https://www.calameo.com/read/004370226adf51253bc0f

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 18:56

Énergie

 

Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence, mais ce projet de démantèlement du service public incarné par EDF remonte en réalité à la fin des années 90, avec la mise en place d’une série de lois libérales.

Hausse exponentielle des factures et accroissement de la précarité énergétique ne sont que la partie visible de l’iceberg et ne doivent pas éluder « le vaste hold-up » qui se déroule sous nos yeux, remplissant les poches d’une infime minorité.

Face aux risques de la marchandisation de l’énergie, il faut réaffirmer la nécessité de revenir à un vrai service public de l’énergie, qui œuvre à l’intérêt général. Ce projet, c’est celui que porte la Fédération nationale CGT des mines et énergies (FNME-CGT, comme le souligne son secrétaire général : « Le droit à l’énergie est tout simplement un droit à la dignité et à la vie. […] C’est en cela qu’il fonde la démarche CGT. »

Ainsi, « Main basse sur l’énergie » se propose de visiter, à travers six épisodes inspirés du feuilleton culte des années 60 « Les Incorruptibles », les années passées où a prospéré une mafia de l’énergie. Ses nouveaux gangsters, ses politiciens plus ou moins véreux et ses résistants : les nouveaux Eliot Ness, garants d’un service public de l’énergie plus que jamais indispensable.

.

Cliquez ici pour regarder les 6 épisodes du film !

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 11:26

 

Catherine Perret, dirigeante Cgt, revient sur la réunion multilatérale qui se déroulait le mercredi 10 octobre, lors de laquelle Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, a présenté le bilan de la première phase de concertation sur la réforme systémique des retraites.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
10 octobre 2018 3 10 /10 /octobre /2018 18:51

MULTILATÉRALE HAUT-COMMISSARIAT AUX RETRAITES DU 10 OCTOBRE 2018

Le système de retraite français est fondé pour l’essentiel sur le principe de la répartition. <em>(photo d’illustration)</em>

  Le haut-commissaire aux retraites a réuni les organisations syndicales de salariés et d’employeurs le 10 octobre pour un bilan de la 1ère phase de concertation sur la réforme systémique des retraites.
Face aux risques que comporte une réforme aussi radicale, en particulier, pour les salariés les plus fragiles (carrières hachées, CDD, temps incomplet de nombreuses femmes salariées, etc.), le gouvernement allonge les délais et recule la présentation du projet de loi à juin 2019, après les échéances électorales.

À l’appel des syndicats de fonctionnaires, les retraités ont manifesté le 22 mai à Paris.


Il a présenté un cadre qui reste très flou destiné avant tout à rassurer. La majorité des citoyens n’est, en effet, pas dupe des risques de baisse des pensions pour toutes et tous.
Les mécanismes de redistribution et de solidarité sont tous remis en cause, ce qui vise en premier lieu les salariés du secteur privé. Il y a tout lieu de craindre que les nouveaux mécanismes de solidarité que le haut-commissariat envisage de reconstruire soient plus restreints, plus ciblés, plus individualisés, avec des économies réalisées sur le dos des plus fragilisés.

Point d’étape dans le marathon de la réforme des retraites


Cette perspective de régime unique conduirait à la disparition des régimes des fonctionnaires et des régimes spéciaux et, en conséquence, à la remise en cause des statuts d’agents publics et de fonctionnaires. De même, les retraites complémentaires disparaîtraient.
Aucune perspective de gouvernance démocratique du système de retraite n’a été évoquée par le haut-commissariat.
En affichant le maintien du niveau de cotisation (28 %) et de l’âge d’ouverture du droit à retraite (62 ans), le gouvernement veut faire croire que le nouveau système maintiendra le niveau de pension et l’âge de départ, avec un supplément de transparence.


Il n’en est rien.

 

Des retraités plus nombreux, au niveau de vie plus élevé que les actifs


Si par exemple on applique les règles de la retraite complémentaire actuelle en points (Arrco-Agirc) à la totalité du salaire, une pension de 1600 euros passerait à 1000 euros. Le gouvernement doit sortir du flou.
Le système en point ne permet d’évaluer la pension qu’à la veille de la retraite. Il prend en compte la totalité de la carrière et pas les meilleures années (privé) ou la fin de carrière (public). La solidarité ne consistera qu’en points supplémentaires dont rien ne garantit qu’ils seront au niveau du salaire antérieur (maladie chômage, maternité, etc.).

Les contours de la réforme des retraites se précisent


Pour la CGT, les priorités sont : quel montant de pension et à quel âge ? Points sur lesquels le projet ne dit rien et n’apporte aucune garantie.
La CGT réaffirme son opposition à ce projet et portera des propositions pour améliorer les droits de toutes et tous.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Horloge

Archives