Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 11:41

Économie

  Une étude comparative de la Banque nationale de Belgique s’intéresse à deux déterminants majeurs du taux de chômage : la probabilité de perdre son emploi et celle d’en retrouver un.

Concernant la perte de l’emploi, pour les sept pays européens considérés, l’étude confirme « l’importance cruciale du niveau d’éducation et de l’âge ». Ainsi, en France, le taux de perte d’emploi est de 3,7 points plus élevé (8,9 contre 5,2 %) pour un individu peu éduqué que pour un homme célibataire, moyennement éduqué, âgé de 35 et 39 ans (individu de référence). En France comme en Espagne, cette probabilité décroit avec l’âge selon « une relation quasi monotone », alors qu’ailleurs, elle différencie plutôt les moins et les plus de 30 ans. Il apparaît aussi que « l’effet du statut marital est nettement plus prononcé que celui du genre ».

Concernant la probabilité de retrouver un emploi, le constat est similaire, avec une nuance concernant l’âge puisque pour tous les pays étudiés, « on observe (…) des retours à l’emploi élevés parmi les jeunes, puis de plus en plus faibles pour les tranches d’âge supérieures ». La pente de ce « gradient » apparaît plus forte en Allemagne et en Espagne, et dans une moindre mesure en France.

Source : Yves Saks (2016), « Les transitions socio-économiques sur les marchés du travail : un exercice de benchmarking européen », Revue économique, décembre, BNB ; NB : à chaque fois, une seule caractéristique est modifiée par rapport à l’individu de référence. Ainsi, la femme dont la probabilité de transition est indiquée ici ne se distingue de l’individu de référence que par son genre ; son niveau d’éducation, son âge, etc. sont identiques à ceux de l’individu de référence.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 22:28

Philippe MARTINEZ a rencontré le président de la République

La CGT a été reçue, comme l’ensemble des organisations syndicales et patronales, par le président de la République le mardi 23 juin. Cette rencontre était une prise de contact, en aucun cas une concertation, une négociation ou le début d’un processus quelconque.

1. La CGT a fait part de la situation d’un certain nombre d’entreprises telles que TATI, ARQUES, VIVARTE, WIRPHOOL, GM&S ou SILLIA. Sur chacun de ces cas, l’accent a été mis sur la responsabilité des gouvernements successifs et sur les conséquences de leurs choix ou de leurs lois. Ainsi, pour les salariés de TATI, c’est directement la loi Macron qui est en ligne de mire. Il a donc été rappelé que l’engagement du Président et de ses ministres ne pouvait s’arrêter à des effets de communication, en vue des prochaines législatives, mais devait être suivi dans le temps, avec des interventions et des actions précises et concrètes en matière de financement et de carnets de commandes.

2. Une liste des sujets prioritaires pour la CGT lui a été remise. Le président de la République a quant à lui confirmé ses positions, développées dans son programme, en matière de salaire avec uniquement une augmentation de la prime d’activité, sur les retraites (un mixte entre retraite par points et l’existant) ou sur l’assurance chômage (une gestion tripartite). Il a confirmé sa volonté de faire un effort financier (environ 15 milliards d’euros) sur les questions de formation (initiale et continue), notamment par le biais de l’apprentissage et de l’alternance, ainsi que sur la formation des chômeurs en donnant plus de moyens à Pôle emploi.

3. Emmanuel Macron a confirmé vouloir faire de l’égalité salariale femmes/hommes, une des priorités de son mandat. Il a retenu l’idée de la CGT de pénaliser financièrement les entreprises ne respectant pas la loi en la matière, sans en préciser les modalités concrètes.

4. Un point a été fait sur les questions de l’industrie et des services publics, sans véritable précision de la part d’Emmanuel Macron sur ces deux sujets, si ce n’est industrie du futur et réduction des dépenses publiques.

5. Enfin, a été évoquée la question du Code du travail. La CGT lui a suggéré la lecture du nouveau Code du travail simplifié avec droits collectifs renforcés (ouvrages du GR-PACT). E. Macron a rappelé sa volonté d’assouplir les règles en pointant la place de la négociation en entreprise. Nous lui avons rappelé l’épisode 2016 et la désapprobation, d’une très large majorité de l’opinion publique, des organisations syndicales et de jeunesse ainsi que les mobilisations qui ont eu lieu.
Nous lui avons aussi rappelé les conditions de son élection, les votes par défaut, le niveau d’abstention et les votes blancs et nuls, résumées dans notre déclaration : « faire barrage au Front National et agir pour le progrès social »

6. L’entretien s’est terminé par la demande de la CGT d’ouvrir un débat national d’urgence sur la question du mal travail, de ses conséquences sur les travailleuses et travailleurs et sur l’efficacité des entreprises et services. Un débat qui associerait syndicats, chercheurs, associations et salariés.
Si le Président semble déterminé sur sa volonté d’accroitre « la casse du Code du travail », de favoriser et d’étendre la négociation en entreprise, il semble plus mesuré sur la forme et les délais de mise en œuvre. En effet, il a évoqué le recours à l’Assemblée Nationale, entre fin juin et juillet, pour pouvoir agir par ordonnances, il a réaffirmé sa volonté de dialogue avec les organisations syndicales dans un délai allant au-delà de l’été. Cela reste, bien entendu à ce stade, des déclarations !

Raison de plus pour aller au débat avec les syndiqué-e-s et les salarié-e-s contre le projet qui se dessine par Macron/Philippe et de porter nos propositions alternatives. Les mobilisations restent plus que jamais d’actualité, profitons de la semaine de déploiement et des initiatives du mois de Juin pour accélérer ce processus.

Une délégation de la CGT doit rencontrer le Premier Ministre lundi après-midi.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 13:45

CGT Carrefour

  Le 10 mai dernier, la CFDT Carrefour a annoncé par voie de presse la création « d’une association pour les actionnaires et salariés Carrefour » afin de « voir comment concilier l’intérêt des salariés et celui des actionnaires ». La CGT Carrefour hypermarchés commente cette déclaration dans un communiqué de presse paru le 23 mai.

Après avoir rappelé l’élection présidentielle inédite que nous avons traversé, qui a vu s’exprimer et se confronter des choix de société différents, la CGT Carrefour hypermarchés exprime dans son communiqué du 23 mai dernier son étonnement face à la déclaration de la CFDT Carrefour quelques jours plus tôt par voie de presse.

Celle-ci a en effet annoncé la création « d’une association pour la représentation des actionnaires et salariés Carrefour » afin de « voir comment concilier l’intérêt des salariés et celui des actionnaires » (Liaisons sociales N° 17325, 12 mai 2017).

Pour la CGT Carrefour, « la “conciliation d’intérêts avec les actionnaires” relève d’une tentative totalement “schizophrène” visant à brouiller les pistes de l’opposition évidente née de la création de richesse et de l’inéquitable répartition actuelle de celle-ci ».

Opposant la fulgurante augmentation des « revenus » des actionnaires du Cac 40 et la paupérisation/précarisation des salariés (explosion du chômage, stagnation des salaires...), la CGT Carrefour prévient que « la “notation sociale” que souhaite mettre en place la CFDT par le biais de cette association va entériner la victoire de la financiarisation des entreprises tout en espérant pouvoir en atténuer les conséquences sociales “à la marge” ».

Elle précise que cette philosophie est par définition irréconciliable avec l’idée d’une juste répartition des richesses, uniquement permise par un rapport de force qu’il est urgent de repenser.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 11:35

Transport

La France en panne d’essence à partir du 26 mai ? C’est bien possible puisque les transporteurs de matières dangereuses, à l’appel de la Fédération nationale des syndicats de transports CGT, qui ont entamé avec le patronat des négociations, ont appelé à la cessation d’activités dès le 26 mai, et ce pour une durée illimitée. À l’origine de ce mouvement de grève, une absence de dialogue social, et un mépris du patronat vis-à-vis des revendications des transporteurs, comme nous l’explique Stanislas Michaud, de la CGT Transports  :

La grève s’annonce massive et devrait toucher toutes les régions :

Les conséquences de cette grève devraient toucher à la fois les consommateurs et les entreprises :

Si la grève commence le 26, il n’est pas sûr qu’elle se termine de si tôt. Les troupes sont déterminées :

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 18:52

CHIFFRES DU CHÔMAGE

  Quand la ministre refuse de les commenter !

Les chiffres du chômage du mois d’avril 2017 confirment les tendances lourdes de ces derniers mois : une forme de stabilisation en dents de scie pour le chômage total à un niveau très élevé et l’accroissement de la précarité pour des millions de travailleurs.
Ainsi la catégorie A (personnes au chômage total dans le mois) connaît une baisse de 1% en France métropolitaine avec 3471800 personnes et une quasi-stabilité sur 3 mois, soit une augmentation de +0.1%. En cinq ans, les politiques d’austérité n’ont pas empêché la destruction de l’emploi stable.


Dans les catégories B et C (personnes ayant travaillé moins ou plus de 78 heures dans le mois, c’est-à-dire alternant petits boulots et chômage), le cap des 2 millions d’inscrits est durablement franchi depuis le début d’année 2017. Ainsi, ils sont au total 2 063 200 en avril, soit une hausse de 2.2% sur 1 mois. Ce sont les victimes de la double peine : petits boulots et allocations en baisse une nouvelle fois avec la convention Unedic étendue, in extremis, la veille du second tour.


Le chômage de longue durée continue d’être un fléau qui met en lumière l’absurdité des politiques de culpabilisation des salariés privés d’emploi, notamment les plus de 50 ans.
L’obligation d’accepter des offres d’emploi, dont beaucoup sont illégales, est un chantage pour recycler la même vieille recette : préparer des radiations à défaut de créer des emplois.


Le total des catégories ABCDE montre donc que plus 6 255 900 de personnes recherchent du travail. Elles ne veulent ni être insultées, ni endosser la responsabilité de leur mise au chômage.
C’est au pouvoir de mener la politique qui crée les emplois ! La CGT soutient les travailleurs, avec ou sans emploi, et défend des propositions pour une relance de l’activité et le maintien du Service public.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 22:33

 

Solidarité avec le peuple britannique

  La CGT tient à exprimer sa vive émotion ainsi que son entière solidarité avec les syndicats TUC et le peuple britanniques alors que le Royaume-Uni a été une nouvelle fois endeuillé, hier, par un acte barbare qui a fait au moins une vingtaine de morts et des dizaines de blessés dans une salle de concert à Manchester.

*


La CGT transmet ses sincères condoléances aux familles des victimes accompagnées de ses vœux de prompt rétablissement aux blessés.
Cette attaque meurtrière nous rappelle à toutes et tous notre devoir de soutenir et partager les valeurs de démocratie, de solidarité et de paix.
Seul le respect de la démocratie peut servir de bouclier face à la barbarie afin de conquérir une paix durable partout dans le monde.

* MCR est un acronyme pour Manchester, England et aussi le code international de son aéroport.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 11:12

Il fallait faire barrage au fascisme

C’est fait. Emmanuel Macron a indiqué avoir « entendu les messages » mais il maintient ses projets réactionnaires notamment en direction des retraités. La riposte n’attend pas.

Pourquoi ne pas l’avouer ? En écoutant le résultat du deuxième tour de l’élection présidentielle, j’ai poussé un grand « ouf » de soulagement. Le danger mortel représenté par Mme Le Pen était écarté. Je dis bien écarté pour le moment et non éliminé.

Les presque onze millions de bulletins de vote portant le nom de la candidate du Front national ne peuvent être oubliés, une fois le rideau électoral fermé. Il existe dans notre pays des hommes et des femmes tellement désespérés, tellement en colère, tellement sans perspective, tellement malheureux qu’ils voulaient, selon leurs propres termes, « renverser la table » sans comprendre qu’en votant pour Le Pen, ils s’engouffraient dans le pire.

Danger écarté, pas éliminé

On aurait tort d’en rester là. C’est dès aujourd’hui qu’il faut construire le rempart contre les idées fascisantes, contre la haine de l’autre, dans l’intérêt des plus humbles. Cela passe d’abord par une véritable politique de justice sociale, de développement des services publics de proximité, une action déterminée en faveur de l’emploi et une démarche de solidarité intergénérationnelle. Sans cela, la longue file des électeurs du Front national, lors des prochaines consultations électorales, continuera de s’allonger et de grandir.

Ce n’est pas le chemin que s’apprête à prendre M. Macron. Il a indiqué dans son premier discours avoir « compris » les messages des votes en sa faveur tout en maintenant ses projets économiques et politiques réactionnaires. S’il poursuivait dans cette voix, il roulerait en fin de compte pour le Front national, prolongeant ainsi la machiavélique opération de promotion en faveur des Le Pen initiée, il y a trente ans, par François Mitterrand.

Un jeune président pour une vieille politique

Macron est un jeune président déjà vieux. L’ex-banquier, ancien conseiller puis ministre de Hollande confirme vouloir maintenir la scélérate loi sur le travail et gouverner par ordonnances. Il faut lui rappeler que - comme des millions d’autres - le bulletin que j’ai utilisé pour barrer la route au fascisme n’est pas ma voix.

M. Macron et ses amis doivent savoir qu’ils ne pourront pas mener leurs plans sans opposition. Dès le mois de juin prochain, en votant lors des élections législatives et dès demain dans les entreprises, dans les facs, les lycées et dans la rue.

José FORT

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:53

CGT Intérim

En 2014, on a dénombré 39 869 accidents et 64 intérimaires morts au travail. Le triste constat était de même ampleur en 2015. Il y a en effet deux fois plus de risques pour un salarié intérimaire d’avoir un accident que pour un salarié en CDI.

« Un éclat métallique a été projeté et lui a perforé le globe oculaire », « sa main a été happée par la machine, plusieurs doigts ont été arrachés », « en rangeant le bidon d’acide, des gouttes lui ont giclé dans l’oeil »... Voilà quelques extraits de déclarations d’accidents du travail qui représentent en partie la réalité des conditions de travail des intérimaires. On pourrait en citer d’autres : en Rhône-Alpes et Paca, ces quatre derniers mois, on dénombre dans une seule boite d’intérim plus de 1 300 accidents du travail déclarés — sans compter ceux qui ne le sont pas !

Les boites d’intérim et les entreprises utilisatrices se mettent d’accord pour faire intervenir des intérimaires sur les postes les plus à risques, sans formation, et souvent sans respecter l’obligation légale de fournir le matériel minimum : chaussures de sécurité, casque, lunettes de protection…

Deux fois plus d’accidents du travail

De fait, on recense deux fois plus d’accidents du travail chez les intérimaires que chez les autres salariés des entreprises où ils sont missionnés. Ce n’est pas un hasard, car lorsqu’un intérimaire se blesse, l’accident est imputé à l’agence d’intérim mais n’entre pas dans les statistiques de l’entreprise où a eu lieu l’accident, ce qui évite à celle-ci de payer les pénalités liées au nombre d’accidents !

Fin juillet 2015, Mamadou Traoré, intérimaire sans-papier chez Manpower a fait un malaise sur le chantier de la SADE (Filiale de Véolia) et est décédé à l’hôpital quelques heures plus tard. Comme il travaillait sous alias et n’était pas régularisés, la direction de Manpower a omis de déclarer son décès. A la SNCF par exemple l’amiante est partout et tue depuis des décennies. Aux ateliers d’Oullins les cheminots ont multiplié les actions depuis 2005 qui ont conduit à la fermeture de grands ateliers. Mais l’indemnisation des victimes reste une autre histoire... Dans la manutention sur le port du Havre, les jeunes très touchés par le chômage entrent souvent sur le marché du travail par l’intérim et il est clair que la sécurité passe après la productivité. Pour l’entreprise, peu importe puisque c’est rentable...

En 2015, la CGT a poursuivi plusieurs actions pour dénoncer les accidents du travail en occupant des agences d’intérim à Marseille, Saint-Nazaire, Montluçon et Paris. Il a également fallu une campagne nationale de l’Union syndicale de l’intérim CGT pour forcer le patronat de l’intérim à ouvrir une négociation nationale sur la santé et la sécurité des intérimaires.

Avec toute la CGT, la CGT Intérim affirme que boîtes d’intérim et entreprises utilisatrices ne doivent plus se renvoyer la responsabilité pour finalement ne rien faire : elles sont complices de la mise en danger de la vie de tous les intérimaires ! La revendication principale de la CGT Intérim est bien sûr la fin de l’intérim et de toute la précarité qu’elle charrie et impose à ces travailleurs : si une entreprise a besoin d’un salarié, qu’elle le recrute elle-même ! À travail égal, sécurité égale pour tous les travailleurs de l’entreprise !

Source : Extraits Article du Réactif n°84 – janvier, février, mars 2017
et Hors-série la Mèche septembre 2016 et avril 2017

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 11:53

Nouveau gouvernement

Suite à la nomination d’Élisabeth Borne en tant que ministre des Transports, la CGT RATP s’exprime dans un communiqué sur les implications de son arrivée au gouvernement.

Dans le communiqué, produit le 17 mai au soir, la CGT RATP rappelle que l’action de l’ex-PDG avait été traversée par d’importants dossiers sociétaux, et indique qu’elle quitte ses responsabilités au moment où la RATP doit faire face à des enjeux cruciaux pour les agents et l’avenir du service public.

Bien que reconnaissant son expérience dans le domaine des transports et son sens du dialogue, la CGT RATP souligne cependant le rôle d’Élisabeth Borne dans les plans de productivité et le développement des filialess de droit privé au détriment de l’Epic-RATP.

Restant par conséquent vigilante quant aux décisions qui seront prises par la ministre ainsi qu’aux arbitrages gouvernementaux, la CGT-RATP l’invite à mener son action dans le sens de l’intérêt collectif, fondé sur le renforcement des services publics et la réorientation des politiques nationales et européennes, pour qui le transport n’est aujourd’hui qu’un autre marché financier à conquérir.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 22:28

Agents des Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation

 

Au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement, les agents du ministère du Travail étaient en grève,  jeudi 18 mai 2017, à l’appel d’une intersyndicale CGT-Sud-FO-CFDT-Unsa-CNT, mobilisés pour dénoncer les suppressions de postes dans l’ensemble des services, dont les sections d’inspection du travail.

Une situation évoquée par Julien Boeldieu, secrétaire national du SNTEFP-CGT (Syndicat national travail, emploi, formation professionnelle-CGT) lors du rassemblement du 1er mai, entre les deux tours de l’élection présidentielle.

Madame Pénicaud, ministre du Travail tout juste nommée, a refusé de rencontrer les grévistes qui occupaient les locaux de la Direccte d’Ile-de-France.

Une première journée d’action, qui sera donc suivie d’autres mobilisations pour défendre un service public en danger et un droit du travail mis à mal par la loi El Khomri et les suites qu’entend lui donner le président nouvellement élu.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge