Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 15:56

Émission d’Expression Directe de la CGT du 31 mars sur France 2.

Un film de 2 minutes avec une animation dans sa première partie et l’intervention de Philippe Martinez en conclusion.

On y parle d’austérité, de pouvoir d’achat, de création d’emploi, d’égalité de salaires homme/femme et de la mobilisation du 9 avril prochain.

Voir les commentaires

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 15:36

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent tous les salarié-es, les retraité-e-s et les privé-e-s d’emplois, du privé et du public à l’action et à la grève le 9 avril prochain avec une grande manifestation nationale à Paris.

Elles veulent ainsi faire converger les revendications qui s’expriment dans de nombreux conflits sociaux dans des branches comme la santé, l’énergie, les transports routiers, les cheminots, la chimie, le commerce et exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent par des mesures de progrès social.

Trajet / parcours : Départ 13h Place d'Italie, en direction d'Invalides

 

 

Département de la MANCHE : Départs en bus :

 

Cherbourg : Départ à 6 heures sur le parking de la Cité de la Mer. Inscriptions à l’UL de Cherbourg au 02.33.93.46.65 ou par mail à union-locale-syndic-c-g-t@orange.fr

Saint-Lô : Départ à 6 heures 45 près du hall d’expositions au foirail. Inscriptions à l’UL de Saint-Lô au 02.33.57.23.79 ou par mail à ulcgt.stlo@orange.fr

Avranches : Départ à 7 h00 Place du jardin des Plantes. Inscriptions à l’UL d’Avranches

au 02.33.58.33.30 ou par mail à ulcgtavranches@orange.fr

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 19:51

 

 L’embellie aura été de courte durée : les chiffres du chômage pour le mois de février 2015 montrent de nouveau que le chômage des jeunes, s’il diminue de 0,3 %, augmente de 0,1 % sur un an, et de 0,2 % toutes catégories confondues. Le chômage des seniors augmente de 0,7 %, celui des chômeurs de longue durée augmente de 0,8 %. Au total, 30 400 demandeurs d’emploi supplémentaires sont enregistrés en février 2015, toutes catégories confondues, dont 12 800 en catégorie A (en chômage total).

La France compte désormais 3.494.400 privés d’emploi en catégorie A, et 5.262.500 demandeurs d’emploi au total, dont moins d’un sur deux est indemnisé.

On le voit bien : les annonces de frémissement d’une reprise ne suffisent pas à faire baisser le chômage ! Tous les économistes sont d’accord pour dire qu’en dessous de 1,5 % de croissance, la courbe ne s’inversera pas.

Pour la CGT, la relance de la croissance passe par une relance du pouvoir d’achat des salariés, des demandeurs d’emploi et des retraités. L’austérité ne peut être un chemin qui favorise le redressement du pays : une autre politique est possible ! Le même jour où une hausse du chômage était annoncée, des militants de la CGT spectacle, des comités de chômeurs CGT, de la CGT intérim, de la Cip-Idf et d’associations de chômeurs ont occupé le siège d’une direction du ministère du Travail qui agrée sans sourciller les pires conventions assurance chômage. Ils ont permis que des négociations soient rouvertes sur les droits rechargeables. Comme à l’habitude, la négociation était jouée d’avance : MEDEF, CFDT, FO et CFTC s’étaient quasiment mis d’accord en amont.

Une usine à gaz se construit : certains chômeurs pourront faire valoir un droit d’option, leur permettant de renoncer à des indemnités journalières trop basses en cas de reprise de travail dès quatre mois. Si nous avons obtenu que l’effet de ces mesures soit rétroactif au 1er octobre, les critères restrictifs imposés ne permettront qu’à un tiers des demandeurs d’emploi victimes du dispositif des droits rechargeables de voir leur situation révisée au 1er avril. Deux tiers - soit plus de 250 000 personnes - resteront en sous-indemnisation.

Les économies imposées par les signataires sont les suivantes :

- dans tous les cas de figure, la démission générera une "punition" consistant à subir un délai non indemnisé de quatre mois minimum ;

- l’allocation différentielle de reclassement (qui permettait de compenser la perte de revenus pour une reprise de travail moins rémunérée) est supprimée ;

- l’aide à la création d’entreprise est abaissée de 50 à 45 % pendant deux ans.

Comme l’ont montré nos propositions, une autre réforme est pourtant possible ! La lutte continue pour l’emploi et pour une autre indemnisation du chômage : le 9 avril, la CGT appelle avec d’autres forces syndicales, l’ensemble des salariés, des demandeurs d’emploi et des retraités à se mobiliser en participant aux grèves et manifestations prévues, notamment à la manifestation nationale à Paris.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 20:02

 Extrême droite

 

 

Les résultats issus du premier tour des élections départementales dans notre pays ouvrent une nouvelle étape dans l’ancrage politique du Front national. Un parti qui s’appuie sur des conceptions xénophobes, racistes, antisémites et encourage l’exclusion sociale des plus fragiles, se retrouve présent au deuxième tour dans la moitié des cantons, et arrive en tête dans 322 d’entre eux.

Cette situation inédite au niveau local révèle d’abord l’absence de réponse politique du gouvernement aux besoins sociaux, notamment en matière de salaires, de pensions, d’emplois et d’accès aux services publics. Le vote des citoyens a sanctionné une politique qui a tourné le dos au monde du travail et aux engagements qui avaient été pris.

Le Front national se présente comme un recours pour mettre en œuvre une politique sociale. Cela relève de l’imposture. En effet, partout où ce parti est en situation de gestion des municipalités, il prend des mesures brutales pour réduire les dépenses sociales, supprimer des subventions aux associations, rompre avec l’égalité des droits d’accès aux aides sociales, remettre en cause l’accès de tous les enfants aux cantines scolaires.

En fait, une fois aux affaires, le Front national conduit la politique d’austérité qu’il prétend combattre.

On peut d’ores et déjà imaginer comment pourrait se traduire une telle orientation au niveau d’un département aux compétences prioritaires en matière d’action sociale et d’autonomie des personnes. C’est le monde du travail et notamment les plus fragiles qui seraient visés. La CGT appelle les salariés, les retraités, les privés d’emploi et plus largement le monde du travail à faire barrage par leur vote aux candidats d’extrême-droite.

La CGT appelle les salariés, les retraités, les privés d’emploi à s’inscrire dans la mobilisation nationale interprofessionnelle de grèves et d’actions du 9 avril, et à manifester à Paris en faveur de l’emploi, des salaires, de la retraite, des conditions de travail, de la formation, de la protection sociale et des services publics.

La meilleure réponse aux risques que représentent les idées d’extrême droite portées par le Front national et d’autres, c’est de prendre en compte les revendications du monde du travail dans les politiques économiques et sociales, de s’appuyer sur la démocratie sociale pour favoriser l’emploi et la citoyenneté au travail.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:45

Le samedi 28 mars 2015, à quelques heures de la fin de la trêve des expulsions locatives, une manifestation aura lieu, à Paris, à l’appel d’associations du droit au logement, d’associations de locataires et d’organisations syndicales, pour exiger l’arrêt des expulsions sans relogement, contre le logement cher et pour la construction de logements sociaux.

Avoir un emploi ne protège plus de la rue.

La crise du logement s’approfondit et s’étend à des couches de la population jusque-là épargnées. Plus de 8 millions de personnes sont touchées de près ou de loin par la crise du logement (impayés de loyer, propriétés dégradés, logements surpeuplés, …). Les privés d’emplois, les salariés, les jeunes actifs et les retraités ne font pas exception au regard du poids du logement dans le budget des ménages, de la précarité qui se répand, de la montée du chômage et du montant des retraites qui vont en se réduisant par l’effet des réformes successives.

C’est encore de l’argent qui n’est pas injecté dans la consommation car mis dans un loyer ou un remboursement de prêt sans impact sur la croissance économique. Seule la construction massive de logements sociaux est de nature à enrayer la crise. Cependant, après l’annonce de 50 milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques, c’est au final à une année de ruptures et de revirements que nous avons assisté avec la remise en cause de l’encadrement des loyers, de la Garantie universelle des loyers et un nouveau plan de relance de la construction qui passe essentiellement par le soutien au marché, au détriment de la lutte contre l’exclusion du logement.

Cette démarche gouvernementale accompagne la doctrine idéologique du patronat telle qu’il vient de l’exposer dans son « livre blanc » qui vise à sortir le logement locatif public du secteur de l’économie sociale ou du service public.

L’objectif n’est pas de satisfaire les besoins, voire même de soutenir un volume d’activités économiques mais surtout d’opérer un transfert massif et tout azimut vers le capital financier. La privatisation du logement social, l’impact de la réforme territoriale, mettent à mal non seulement le droit au logement pour tous, mais également les conditions de travail et les garanties collectives des salariés qui y exercent leur activité.

Soutenir et participer à cette manifestation c’est affirmer le droit pour tous, sans discrimination, à un logement digne et adapté mais aussi s’inscrire à l’offensive contre les politiques d’austérité et pour une autre répartition des richesses. Pour sortir de la crise du logement, il faut augmenter les minimas sociaux, salaires et pensions Pour sortir de la crise du logement, il faut recréer de l’emploi. La poursuite de Réduction du Temps de Travail peut le permettre. En manifestant le 28 mars, la CGT appelle de fait les salariés à préparer la mobilisation unitaire interprofessionnelle du 9 avril 2015 !

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 17:16

 La seconde séance de négociation,  s’est tenue vendredi 20 mars. Elle n’a pas permis d’avancer dans les discussions, du fait d’un patronat arc-bouté sur la baisse des droits pour les salariés et retraités, et refusant toute augmentation de cotisations, au motif de son adhésion au « Pacte de responsabilité ».

Toujours au menu : le gel des pensions, des abattements sur la retraite avant 67 ans, une baisse du nombre de points acquis pour les actifs, des remises en cause sur les points acquis au titre du chômage et sur la réversion, et, enfin, la fusion de l’ARRCO et de l’AGIRC. Tout le monde s’accorde pourtant à reconnaître que cette fusion ne réglerait rien en matière de financement. On est par contre certain qu’elle serait une nouvelle étape pour baisser les retraites des cadres, remettre en cause leur statut, puis baisser les retraites des autres salariés au motif de « l’équité ».

Comme l’a montré la délégation CGT, il est possible de régler la question du financement de l’AGIRC, régime le plus en difficulté, par une augmentation de la cotisation qui reviendrait, pour un cadre percevant un salaire de 4 000 € brut, à une augmentation de sa cotisation d’un peu plus de 7 euros par mois. Cette augmentation permettrait au régime AGIRC de sortir du déficit et de reconstituer des réserves à un niveau satisfaisant

. De la même façon, la délégation patronale refuse d’aborder la question de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, prétextant que ce n’est pas à l’ordre du jour des négociations. Il faudrait donc se satisfaire d'une égalité salariale  renvoyée à … 2085, comme l’indiquait une étude publiée en 2013. C’est évidemment inacceptable et le meilleur moyen de débloquer la situation, c’est de mettre cette question à l’ordre du jour de toutes les discussions et négociations en cours et à venir. D’autant que le lien est étroit entre salaires, droits à retraite et financement des régimes.

En progressant sur l’égalité, rappelons qu’on obtient une amélioration des conditions de vie des femmes, un recul des inégalités en matière de retraite et plusieurs milliards d’euros supplémentaires pour financer les régimes.

On ne le dira jamais assez : les salariés et retraités doivent se faire entendre, en particulier lors de la journée d’action du 9 avril prochain (veille de la prochaine séance de négociations), pour exiger que les ressources nécessaires soient mises à disposition des régimes. Sinon, le Medef ne manquera pas de faire appliquer des décisions qui pourraient être dramatiques pour le monde du travail.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 10:45

L’imposture sociale et le racisme de l’extrême droite sont des poisons pour le vivre ensemble 

La CGT milite aux côtés de tous les salarié-e-s pour gagner de nouveaux droits, conquérir le respect de la démocratie dans et hors de l’entreprise. Les organisations professionnelles et territoriales de la CGT avec d’autres organisations syndicales luttent depuis toujours contre les idées racistes, xénophobes et réactionnaires de l’extrême droite, qui n’ont qu’un seul but diviser les salariés, affaiblir leurs droits, pour favoriser le grand patronat.

Les attaques du patronat et des libéraux vis-à-vis du monde travail, renforcent l’aigreur de nombreux salarié-e-s, privé-e-s d’emploi et retraité-e-s confrontés dans leur quotidien à une crise sociale grave, à se tourner vers les partis politiques d’extrême droite et en particulier le FN. L’extrême droite en général et le FN sont un poison se distillant dans notre corps social et brisant les fondations de notre république sociale !

La CGT considère que les solutions ainsi que les moyens existent pour faire reculer les idées d’extrême droite dans notre société et le vote FN aux différentes élections. Pour la CGT, les réponses aux besoins sociaux des salarié-e-s, privé-e-s d’emploi et retraité-e-s sont au cœur des solutions pour mettre fin définitivement aux idées d’extrême droite. Cela passe par une autre répartition des richesses créées par le travail permettant de supprimer les inégalités sociales et le repli sur soi.

Cette répartition des richesses est nécessaire pour augmenter le pouvoir d’achat et résorber le chômage de masse. Ce sont les premières préoccupations sociales de la population dans le pays. La journée internationale de lutte contre le racisme du 21 mars revêt un caractère encore plus important dans ce contexte, en particulier à quelques jours des élections départementales.

La CGT appelle les salarié-e-s à se saisir de cette journée internationale, à se joindre aux différentes initiatives et rassemblements organisés ce samedi, pour faire valoir leur volonté de vivre ensemble, quelles que soient nos origines. Cette journée sera également l’occasion d’exiger la satisfaction immédiate des besoins pour répondre définitivement aux urgences sociales.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 19:52

Prise de parole de Daniel COESPEL de la CFTC au nom de l'intersyndicale (1) Photo Ouest-France

 

A Cherbourg-Octeville, environ 300 retraités conduits par les organisations syndicales  CFTC, CGT, FO et  FSU  se sont rassemblées, Place de la République pour revendiquer une retraite décente et une fin de vie digne. Ils se sont dirigés en cortège vers la Sous-Préfecture où une motion a été déposée.

Tous ont dénoncé les inégalités et injustices dont ils sont victimes après une vie de labeur au service du pays. Maltraités par le gouvernement, ils ont exigé la fin du gel des pensions et la concrétisation de la loi sur l'adaptation de la société au vieillissement.

Le cortège syndical arrive à la sous-préfecture à CHERBOURG-OCTEVILLE

Les retraités rassemblés Place de la mairie à SAINT-LÔ

A SAINT-LÔ également, 250 retraités ont dénoncé la faiblesse des pensions et les atteintes à leur pouvoir d'achat, les difficultés que beaucoup rencontrent pour se soigner et demandé et la nécessité de finaliser et d'appliquer rapidement la loi sur l'adaptation de la société au vieillissement.

 

(1) Le texte de la prise de parole à CHERBOURG-OCTEVILLE

PRISE DE PAROLE INTER-SYNDICALE LORS DE LA MOBILISATION DES RETRAITES  AU RASSEMBLEMENT NATIONAL DU MARDI 17 MARS 2015                                                   

 

                        Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Chers Camarades

 

Depuis nos 2 principales manifestations unitaires de 2014 du 3 juin à Paris et du 30 septembre à Saint-Lô ou de nombreux retraités ont exprimé leur colère, leur détermination, le gouvernement “ droit dans ses bottes ” n’a pas varié d’un seul “ iota ” sa politique contestable et contestée en matière de retraite, ne répondant pas à nos inquiétudes qui, pourtant, sont grandes.

Après avoir subi les lois FILLON sous l’ère SARKOZY, François HOLLANDE, Manuel VALLS, Marisol TOURAINE et le dernier venu, Emmanuel MACRON (issu de la banque ROTHSCHILD…) largement aidés par nos élus locaux : Geneviève GOSSELIN-FLEURY, Stéphane TRAVERS (députés) et Jean-Pierre GODEFROY (Sénateur) aux ordres du pouvoir en place, sacrifient tous les retraités qui par leur travail, ont fait la France d’hier !

Vous êtes, Mesdames et Messieurs les élus, bien loin du réel et du quotidien des salariés et des  retraités … c’est regrettable et inacceptable. Alors que fleurissent des injustices flagrantes : les retraites chapeaux de tous nos PDG du CAC 40 ou le bonus de bienvenue au nouveau patron de SANOFI : 2 millions d’€ au 1er avril 2015 et 2 millions d’€ au 1er janvier 2016… (C’est même une pratique courante dans l’industrie pharmaceutique, parait-il !). En contre partie de ce gaspillage d’argent, n’y a-t-il pas eu, à SANOFI, 4000 postes de travail supprimés en 5 ans et une réduction continue du budget de recherche et développement… autant de motifs d’inquiétudes et d’insatisfactions pour de nombreux salariés et retraités !... Par contre, nous, nous n’arrivons même pas à obtenir un minimum de retraite équivalent au SMIC pour tout retraité ayant effectué une carrière complète…

Un peu de décence, de pudeur ! Ou bien, est-ce cela la justice sociale dans ce pays ? Devant tant d’incompréhensions, nous nous inscrivons dans les actions décidées par nos instances nationales, pour que ce 17 mars connaisse une mobilisation d’ampleur, même si l’on sait bien que de nombreux retraités âgés ou malades ne peuvent se joindre à nous, mais ne sont-ils pas présents par la pensée ?...

Aujourd’hui, devant notre “ ras le bol” de toujours nous voir remettre au lendemain nos principales revendications, les retraités n’acceptent plus d’être les oubliés de notre société et pour que l’on ne puisse pas nous reprocher une quelconque “faute inexcusable” pour avoir failli à notre devoir, nous sommes là pour évoquer et combattre les dérives inacceptables de votre système inégalitaire.

NON LES RETRAITES NE SONT PAS DES NANTIS !..

C’est plus qu’un simple slogan… C’est hélas une triste réalité… Certes, certains ont une retraite “confortable”, mais il ne faudrait pas que ce soit “l’arbre qui cache la forêt ” et ce serait vraiment une “faute inexcusable ” si l’on oubliait ou feignait d’oublier les 10% de retraités qui survivent au dessous du seuil de pauvreté…incroyable et inacceptable à notre époque !...

Ce serait aussi une “faute inexcusable ” si l’on passait sous silence, sur l’autel de votre politique inégalitaire, le gel de nos pensions. Au contraire, nous attendons l’amélioration de notre PA, l’indexation des pensions sur l’évolution des salaires et un minimum de retraite équivalent au SMIC  pour tout retraité ayant effectué une carrière complète, le retour de nos augmentations au 1er janvier de chaque année au lieu du 1er octobre et notre exigence d’une revalorisation substantielle des pensions de réversion.

Nous vous rappelons, au cas où votre mémoire vous ferait défaut, que 50% d’entre nous ne paient pas d’impôt sur le revenu… à cause de leur pension trop faible.

Il y aurait encore de notre part une “faute inexcusable ” si nous n’évoquions pas cette baisse de notre pouvoir d’achat qui dure depuis des années à cause de l’augmentation constante des dépenses courantes et des multiples mesures fiscales : la modification de l’assiette de la CSG, la disparition de la demi-part fiscale pour les parents isolés , la fiscalisation de la majoration pour 3 enfants et plus, les 0,3% de la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie) prélevés depuis avril 2013 sur les pensions imposables.

Faudra-t-il encore rappeler, sans cesse, à nos élus, qui eux, ne sont pas malheureux, que le montant moyen d’une retraite s’élève à moins de 1000€ par mois dans la Manche.

Ce qui est inacceptable également et nous serait reproché comme une “faute inexcusable ” si nous ne le dénoncions pas, c’est le report scandaleux, au mieux, au 1er trimestre 2016 de la mise en œuvre de la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, avec, en corollaire, un reste à charge des personnes, en perte d’autonomie, qui ne cesse de croître…

Il est donc urgent que les 0,3% CASA soient intégralement attribués au financement de la perte d’autonomie, car ne se sont-ils pas déjà  “égarés ” pour renflouer le fonds de solidarité vieillesse ?...

A notre époque, n’est-il pas aussi inacceptable que de nombreux retraités ne puissent plus se soigner correctement, remettant toujours au lendemain les soins dont ils ont besoins, à cause de retraites de misère. De plus, à cette difficulté,  viennent s’ajouter les dépassements d’honoraires, les désengagements de la Sécurité Sociale et l’augmentation du prix des complémentaires de santé, etc…

Ceci aurait pu nous être reproché comme une “faute inexcusable ” si nous étions muets sur ces sujets, car qui peut contester qu’il n’y a pas une véritable dégradation d’accès aux soins, compte tenu d’une baisse réelle de notre pouvoir d’achat ?...

Voici donc brossé 2 situations :

  • -Celle de ceux qui bénéficient d’un système scandaleux de retraites chapeaux, de primes de bien venues en entreprise, de parachutes dorés, de salaires indécents, sous la pression de leurs actionnaires toujours plus exigeants qu’il faut de plus en plus “”…

  • -Celle de ceux qui peinent pour finir leurs fins de mois et auxquels on demande de plus en plus d’efforts…

    Un système inégalitaire vécu comme une véritable provocation, une déclaration de guerre.

    Nous rappelons que dans le cas précis de SANOFI, laboratoire pharmaceutique, c’est grâce la Sécurité Sociale, donc aux cotisations sur nos salaires et nos retraites que ce scandale à été possible…

    Parallèlement, dans sa “généreuse bonté”, le gouvernement a promis “quelques miettes” aux plus défavorisés d’entre nous, celles et ceux dont les pensions (de base et complémentaires) ne dépassent pas 1200 € par mois: une aumône de 40 €  de prime unique et exceptionnelle. Comparée à celle obtenue par le nouveau PDG de SANOFI, chacun de nous pourra juger de l’équité de telles mesures !

    UN RAPPEL IMPORTANT POUR CEUX QUI POURRAIENT EN DOUTER :

    La retraite n’est ni un privilège, ni une protection sociale, mais un droit obtenu par notre seul travail. Son niveau est lié directement au résultat de nos rémunérations perçues pendant notre vie professionnelle et aux nombres d’années cotisées.

    Alors est-ce une hérésie d’exiger, qu’après une vie de labeur, une retraite décente, celle du seul fruit de notre travail nous permette de vivre et de se soigner correctement ?

    - Face à une concertation bloquée par les pouvoirs publics sur la situation des retraites,

    - sans l’assurance du maintien de notre pouvoir d’achat et de notre protection sociale,

     nous nous sommes engagés à réagir ensemble dans l’intérêt des retraités pour enfin nous faire entendre et pour nous construire un avenir meilleur. Sans votre détermination, rien ne sera possible, aussi nous vous remercions de votre participation à ce rassemblement qui, hélas, en appellera d’autres, si nous voulons que cessent toutes ces dérives d’un système de plus en plus inégalitaire qui pénalise encore et encore les plus défavorisés d’entre nous et les classes moyennes de notre pays.

     

     

     

                                                                Pour l’intersyndicale : Daniel COESPEL 

                                                                                                                                           

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 16:36

 Retards de liquidation des retraites

Plusieurs Caisses régionales de retraite de la Sécurité sociale (CARSAT) sont en grande difficulté pour liquider les pensions en temps et en heure. Depuis 2013, des retards se sont accumulés dans toute la branche, au point que dans certaines caisses, Lille et Montpellier notamment, de nouveaux retraités attendent leur première pension pendant plusieurs mois.

Cette situation est profondément insupportable. L’attitude de la ministre et du gouvernement ne l’est pas moins.

Les coups de menton de Madame Touraine : convocation du directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), demande d’enquête de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), ne changeront rien à la situation tant que le gouvernement s’obstinera à réduire, de façon drastique et purement dogmatique, les moyens dont disposent la CNAV et ses caisses régionales pour gérer les retraites.

La situation n’est pas tendue seulement dans deux CARSAT, elle l’est dans l’ensemble de la branche. A imposer des conventions d’objectifs et de gestion (COG) qui suppriment, chaque année, des emplois indispensables à des liquidations de plus en plus complexes en raison de l’accumulation de réformes de plus en plus confuses, ce sont les retraités, actuels et futurs, qui paient les pots cassés. En 2009, pour 1 070 084 demandes de retraites dans l’année, il fallait en moyenne 15 jours pour traiter un dossier et prévoir 2 mois pour résorber le stock en cours en fin d’année. En 2014, pour 978 125 demandes, il a fallu 24 jours pour traiter un dossier et 3,3 mois sont nécessaires pour résorber le stock (chiffres CNAV pour l’ensemble du territoire). Quant à la solution d’urgence imaginée par la ministre, elle ressort elle aussi de l’insupportable. Mme Touraine impose aux caisses en difficultés de verser 800 € de dépannage à tout nouveau retraité en retard de liquidation et qui le réclamera. Si le dépannage est indispensable, la méthode est profondément contestable. Ces fonds sont en effet prélevés sur le budget social de chaque caisse régionale. Il s’agit d’un don et non pas d’une avance régularisable.

Autrement dit, les financements destinés aux retraités les plus âgés et les plus modestes - ceux qui ont, par exemple, besoin d’aide au domicile et qui vont devoir s’en priver - servent à financer la compensation du retard dû à l’insuffisance des moyens et notamment des effectifs ! Cette situation ne peut pas durer.

Les manifestations qui ont eu lieu dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie, cette semaine, ne pourront que s’étendre. Qu’attend le gouvernement pour prendre en compte, de manière responsable, une situation en grand risque de se généraliser si les moyens nécessaires ne sont pas donnés à la CNAV et à ses caisses régionales, comme ne cessent de le demander les administrateurs CGT ?

La CGT et son union confédérale des retraités (UCR-CGT), avec d’autres organisations syndicales, appellent l’ensemble des retraités à l’action, ce mardi 17 mars 2015, et à manifester le 9 avril prochain, à Paris, contre les politiques d’austérité et pour la mise en œuvre d’alternatives.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 15:59

Grégory Roux CGT-Cheminots sur France Info

 

Le lundi 9 mars 2015 sur France Info, Grégory Roux, secrétaire général adjoint de la CGT-Cheminots, a expliqué que son syndicat voulait "une réforme ferroviaire qui parte des véritables problématiques vécues par les usagers au quotidien".

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge