Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 18:57

 La CGT réclame une autre politique de l’emploi

Les chiffres du chômage du mois de juin semblent montrer une relative stabilité. Mais, une certaine confusion statistique règne : au mois d’avril, les radiations avaient très fortement augmenté et on compte désormais des tendances sur trois mois, ce qui permet d’afficher des toutes petites baisse -0,2% et -5300 personnes en catégorie A alors que le chômage augmente sur un mois 0,2%, +5400 personnes.

Photo AFP

Toutefois, l’embellie n’est pas encore là.

  •   le total des demandeurs d’emploi en catégorie A, B et C s’élève à 5 434 000.Il progresse de 0,1 % sur un mois et 0,9% sur un an ;
  • Dans le détail, les catégories des travailleurs précaires continuent d’augmenter : les catégories B et C augmentent ensemble de 4 % sur un an ;
  •  Le chômage des jeunes s’aggrave ce mois-ci 0,8 % sur un mois et 0,6 % sur trois mois pour les moins de 25 ans ;
  • Les plus de 50 ans continuent d’être pénalisés +0,2% sur un mois comme sur trois mois et, surtout, plus 3,8 % sur un an.

Les entrées en formation ne masquent pas la nécessité d’une autre politique de l’emploi par la relance et le développement durable, c’est ce que la CGT réclame depuis plusieurs années. Alors que la loi Travail vient d’être adoptée après un ultime passage en force, la CGT constate qu’elle va aggraver le chômage et la précarité.

L’urgence est à l’établissement d’un nouveau statut du travail salarié, à la réduction du temps de travail, dont un rapport censuré montre qu’il s’agit de la meilleure arme pour créer des emplois. La politique du gouvernement ne marche pas plus contre le chômage que pour le progrès social : tournons la page des politiques d’austérité qu’accompagne la loi Travail, exigeons une nouvelle politique de l’emploi et des nouveaux droits !

La CGT donne rendez-vous tout au long de l’été pour préparer la mobilisation du 15 septembre.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 09:42

 La CGT tient à témoigner son soutien et sa solidarité aux personnes touchées par ce nouveau drame, survenu à Saint-Etienne-de-Rouvray, près de Rouen. Des actes d'une extrème inhumanité  que rien ni personne ne peut justifier et que nous condamnons sans aucune réserve. A nouveau, les militant-es et les syndiqué-es de la CGT tiennent à affirmer que les valeurs de notre démocratie et de notre République doivent être défendues au quotidien.

Ces actes criminels sont perpétrés, entre autres, pour instaurer et propager la peur, la haine, le rejet de l’autre et  pour exacerber les divisions entre les citoyen-nes.

Il est donc essentiel et urgent de rendre plus effectives encore les valeurs de solidarité, de paix et de fraternité, dans la plus grande sérénité et dignité.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 13:45

L’intersyndicale constituée autour de la lutte contre la loi Travail, a décidé de mettre à votre disposition une carte postale que vous pouvez envoyer au Président de la République depuis votre lieu de vacances. Une occasion de signifier que vous serez de retour à la rentrée pour manifester votre opposition à la loi Travail.

 

Sondages après sondages, le rejet de cette loi régressive est massif et sans appel.
Dernier en date, le sondage Odoxa-FTI paru le 18 juillet, relève que 7 français sur 10 sont « mécontents de l’adoption définitive du projet de loi travail » et plus de la moitié d’entre eux « souhaite que les manifestations contre le texte se poursuivent ».

Opposée à cette réforme régressive mais favorable à un réel projet social, un code du travail du XXIème siècle, la CGT continuera à mener cette bataille autant légitime que nécessaire.

Rendez-vous le 15 septembre, pour la journée d’action interprofessionnelle décidée par l’intersyndicale.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 13:43

Se défendre seul au procès ? Plus possible en appel ! Action en justiceDevant le Conseil de prud’hommes, les parties peuvent se défendre elles-mêmes. Tel n’est plus le cas devant la cour d’appel. Les parties doivent obligatoirement être représentées par un avocat ou un défenseur syndical.

Officieusement, l’idée générale du décret est de rendre, à terme, obligatoire la représentation des parties à tous les stades de la procédure. Mais, pour y parvenir, le gouvernement commence par mettre en place la représentation obligatoire devant la cour d’appel seulement. En effet, devant le Conseil de prud’hommes, selon l’article R.1453-1 nouveau du Code du travail, « les parties se défendent elles-mêmes ».

Se faire assister ou représenter n’est qu’une possibilité. Lorsqu’une partie est insatisfaite d’un jugement du Conseil de prud’hommes, elle peut faire appel. Depuis le 20 mai 2016, un décret prévoit que salarié et employeur soient obligatoirement représentés en appel (article R.1461-2 nouveau du Code du travail). L’employeur prendra un avocat pour le défendre, bien souvent celui qui l’a représenté jusque-là. Le salarié, de son côté, peut choisir un défenseur syndical, s’il en trouve un. Et s’il ne le fait pas, il devra prendre un avocat (article R.1461-1 nouveau du Code du travail).

La démarche pose véritablement un problème d’accès du salarié à sa juridiction. Le coût des honoraires de l’avocat n’est pas à négliger. Ainsi, un employeur insatisfait, souvent à l’aise financièrement, n’hésitera pas à faire appel, et le salarié n’aura pas le choix pour se défendre que de prendre un avocat qu’il devra payer (à défaut de défenseur syndical disponible) ; et si, au contraire, le salarié est insatisfait d’un jugement prononcé à son encontre, il y réfléchira à deux fois avant de faire appel.

Une justice à deux vitesses est donc bien programmée.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 11:46

 A saint Etienne, le Procureur de la République a décidé de faire appel de la relaxe de trois militants CGT, qui étaient poursuivis pour avoir accroché sur la permanence d'un député PS, une banderole lui reprochant d'avoir soutenu la loi Travail.

 

L'accrochage d'une banderole à une permanence du Parti socialiste vaut-il bien deux procès ?

Relaxés en première instance le 13 juillet 2016 par le tribunal correctionnel de Saint-Étienne, trois jeunes militants CGT devraient être poursuivis en appel, à l'initiative du Procureur de la République, pour s'être introduits par effraction dans le local du député socialiste Jean-Louis Gagnaire et pour des violences contre des agents de police à l'occasion d'une manifestation contre la loi Travail le 12 mai dernier à Saint-Étienne.

Nos camarades le jour de l'audience du tribunal correctionnel

Des chefs d'accusation que nos camarades réfutent : « La porte d'entrée de l'immeuble n'était pas fermée. Même la police n'a pas relevé de traces d'effraction sur la porte de la permanence », rappelle Maître Karine Thiébault, l'une des avocates assurant leur défense. Quant à l'accusation de violences contre les forces de l'ordre, Maître Thiébault relève que les policiers qui avaient porté plainte, auraient refusé la procédure dite de confrontation face aux militants, « alors que cela aurait pu permettre que chacun s'explique. C'est une atteinte au droit à un procès équitable ». Elle souligne aussi qu'en dépit des réquisitions, « la vidéo de surveillance de la permanence effectuée par Securitas n'a pas été jointe au dossier » ; Ce qui implique que rien d'incriminant n'y a été trouvé concernant ses clients.

Jean Michel Gourgaud, secrétaire général de l'union départementale CGT de la Loire déclare :  "Ils sont simplement rentrés dans la permanence pour afficher au balcon une banderole qui reprochait au député d'avoir soutenu la loi Travail ». Un acharnement du ministère public qui rappelle les combats pour les Manufrance et les cinq de Roanne. Il s'agit clairement d'un  procès politique, « Dans un contexte où les Français sont encore fortement opposés à la loi, ce genre de manœuvres ne va pas apaiser les choses », ajoute Jean-Michel Gourgaud.

Le parlementaire PS – qui s'est notamment illustré ces derniers mois pour avoir reproché aux frondeurs socialistes d'avoir « un problème mental » -  a annoncé se porter à nouveau partie civile.  En première instance, Jean-Louis Gagnaire demandait 698 euros de dédommagement au titre de la réparation de la porte de sa permanence et un euro symbolique.

Les policiers blessés réclamaient des indemnités allant de 1500 à 2000 euros chacun. Le procureur avait requis 4 mois de prison avec sursis, 500 euros d’amendes pour deux des militants ; 12 mois de prison avec sursis, 600 euros d’amendes, et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique pour le troisième.

Une pétition, lancée en soutien aux trois militants a déjà recueilli près de 6000 signatures. https://www.change.org/p/cgt-precaires-saint-etienne-non-au-proc%C3%A8s-politique-soutien-aux-jeunes-de-saint-%C3%A9tienne/u/17356385.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 22:37

Les campagnes de dénigrement à répétition contre la CGT et le mouvement social n’ont pas entamé la détermination des opposants au projet de loi Travail. Elles ont juste réussi à armer les bras de trois individus contre le siège de la CGT dégradé à la fin de la semaine dernière. S’il y avait dans leur geste et l’intention de leurs commanditaires une tentative d’intimidation c’est raté.

 Aujourd' hui, on a manifesté avec les six autres organisations de la Bastille à la Place d’Italie.

Mais connaissez-vous la dernière du journal Le Point ?

Connaissez-vous la dernière ? La dernière vilénie contre la CGT ?

Elle nous vient d’un familier du genre : Pierre-Antoine Delhommais, ancien journaliste du Monde et aujourd’hui installé à l’hebdomadaire Le Point, qui avait commis, c’est le mot, cet article haineux avec son compère Franz Olivier Giesbert sur la CGT : « un des derniers dinosaures ».

Pour un dinosaure la CGT se défend plutôt bien, au point que ce Monsieur l’accuse ni plus ni moins d’avoir une part de responsabilité dans le Brexit ! Associé pour la circonstance et pour faire bonne mesure à Hollande sans que l’on en comprenne d’ailleurs les raisons. Et, pourquoi pas d’être responsable de la défaite de l’Angleterre face à l’Islande à l’Euro foot 2016 ?

« C’est la faute à Voltaire ! »

Les Anglais auraient voulu quitter l’Europe car ils ne supporteraient pas que la France se refuse à mettre en œuvre les réformes, libérales évidemment, dont l’Europe a besoin. Lorsque les tenants du libéralisme en arrive à ce degré zéro d’arguments on comprend qu’ils aient autant de mal à faire accepter l’Europe libérale et la casse du droit du travail.

On peut mettre le vote en faveur de la sortie de l’Europe des Anglais au compte d’une campagne détestable aux relents d’extrême droite. Mais il est difficile de nier une nouvelle fois qu’il s’agit d’un vote de protestation contre une Europe qui se construit contre les peuples.

De l’aveuglement comme méthode de gouvernement

Tout comme il est intenable de continuer de prétendre comme le font Manuel Valls et François Hollande que le projet de loi Travail est imposé pour le bien des salariés. A ce stade ce n’est plus de l’obstination c’est de l’aveuglement. Sauf à penser que les salariés, les retraités et les sans-emploi sont incapables de juger ce qui est bon et ce qui est mauvais pour eux, leur emploi, leur famille, leurs enfants. Là c’est du mépris qu’aucun gouvernement ne devrait s’autoriser à afficher.

De l'esprit de conquête comme méthode d'action

C’est à cela aussi que pour la onzième fois, et toujours à l’appel des sept organisations syndicales et de jeunes, que répondront les opposants au projet de loi, forts du soutien d’une large majorité de l’opinion, dont 80 % de jeunes. Ils descendront dans la rue ce jour de 28 juin, date du vote du projet par le Sénat qui l’a aggravé. Projet qui sera ensuite discuté une nouvelle fois à l’Assemblée nationale le 5 juillet. Pour la onzième fois car toutes et tous ont bien compris que c’est l’avenir de leurs droits, de leurs emplois et de l’avenir de la jeunesse qui est en jeu.

 

Dans la Manche, 93% des 4200 personnes qui ont voté lors de la consultation citoyenne, les invitant à se prononcer pour ou contre le projet de loi Travail, se sont exprimées contre le texte gouvernemental. La votation citoyenne s'est tenue au cours des 12 dernières semaines, auprès de la population et dans les entreprises, à l'initiative de l'intersyndicale CGT, FO, FSU et SOLIDAIRES.

Les bulletins  de vote ont été remis ce 28 juin 2016, au préfet de la Manche, lors d'un rassemblement qui a regroupé 250 militants et sympathisants devant la préfecture.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 22:35

 Allocations chômage 

Après l’échec des négociations assurance chômage, le patronat bloque la revalorisation des allocations des privés d’emploi ! Le conseil d’administration de l’Unedic s’est réuni ce 27 juin, pour la première fois après l’échec des négociations du régime général d’assurance chômage le 16 juin dernier. Un des points à l’ordre du jour portait comme chaque mois de juin sur la revalorisation des allocations au 1er juillet. La CGT, ayant constaté une hausse des prix de plus de 5 % depuis 2011, non compensée par les augmentations des seules allocations minimales et de la partie fixe depuis deux ans, a demandé 5 %.

FO, CFDT, CFTC, CGC ont proposé 0,5 %. Le patronat (Medef, CGPME, UPA) déjà responsable de l’échec des négociations, par un refus d’augmentation des recettes, notamment des cotisations patronales, a catégoriquement refusé toute augmentation. La CGT s’est ralliée à la proposition des autres syndicats pour permettre une augmentation minimale, et malgré cela, le patronat a persisté dans son entêtement.

À vote égal entre représentants patronaux et salariés, additionné à une certaine confusion sur les pouvoirs du côté patronal, la majorité n’a pas été atteinte, ce qui confirme l’insupportable véto du Medef et de ses acolytes. Le nouveau refus d’augmentation des allocations des privés d’emploi confirme l’urgence de revoir toutes les règles de négociation !

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 20:25

Vandalisme

Le siège de la CGT a été attaqué et vandalisé cette nuit par des individus cagoulés. Des vitres et la porte d’accès ont été cassées à la masse. Le pire a été évité car ils n’ont pu rentrer dans l’immeuble suite à l’intervention des services de sécurité interne.

Après la CFDT, c’est la CGT qui est attaquée. Nous réaffirmons que seuls le débat et l’action syndicale par les mobilisations permettent de faire entendre les revendications des salariés et du monde du travail. Les violences commises ne font que desservir ces revendications et contribuent à essayer de discréditer le mouvement social en cours.

Les violences verbales et les insultes contre la CGT contribuent également à entretenir ce climat délétère. La CGT reste déterminée dans son opposition à la loi « travail » et pour l’obtention de droits nouveaux à l’image de son projet de code du travail du 21ème siècle.

Plus que jamais, la mobilisation reste à l’ordre du jour.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 10:11

 L’augmentation de la précarité confirmée

  •  Les chiffres du chômage du mois de mai 2016 montrent une augmentation dans presque toutes les catégories :
  • plus 0,3 % en catégorie A,
  • -0,8 % en catégorie B (Allocataires ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois) et plus
  • 2,4 % en catégorie C (allocataires ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois).

Les chiffres sur un an montrent une tendance de fond à l’augmentation des catégories B et C, celle des travailleurs précaires. Si le chômage des jeunes baisse légèrement, celui des seniors ne cesse de s’aggraver.

Comme nous l’avions dénoncé le mois précédent, les radiations ont bien eu lieu, la preuve en est fournie par "la correction" des réinscriptions nombreuses. La tendance de fond n’est donc pas à la baisse du chômage mais à l’augmentation de la précarité, ce que ne manquerait pas de renforcer la mise en application de la loi Travail, facilitant les licenciements, le travail précaire et renforçant le dumping social.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 14:12

 Le mépris ça suffit !

Le gouvernement doit entendre !

La journée du 23 juin a démontré une nouvelle fois la grande détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, à poursuivre la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi Travail et des nouveaux droits.

De nombreuses actions multiformes ont eu lieu dans tout le pays, malgré toutes les tentatives du gouvernement pour discréditer le mouvement social, en agitant la peur et la remise en cause des libertés fondamentales à travers l’interdiction du droit à manifester à Paris. Le climat social de notre pays se détériore, en témoigne les dégradations commises au siège de la CFDT hier soir. Les organisations syndicales et de jeunesses condamnent ces actes. Elles réaffirment leur attachement à la démocratie et au pluralisme d’expressions. Quelles que soient les positions des uns et des autres, les organisations syndicales représentent des salarié-es et à ce titre, elles doivent être respectées.

Le 23 juin a été également une journée importante de votation citoyenne. C’est d’ores et déjà plusieurs centaines de milliers d’expressions des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es qui réaffirment très majoritairement leur opposition au projet de loi travail, particulièrement sur :

  • l’inversion de la hiérarchie des normes,
  • les accords de développement et de maintien de l’emploi,
  • les conditions de licenciement,
  • le référendum d’entreprise,
  • la médecine du travail.

C’est lors d’une nouvelle journée d’actions, de grèves et de manifestations, le 28 juin, que seront remises ces votations auprès des préfectures dans les départements et auprès de la présidence de la République. Les organisations tiendront une conférence de presse le 28 juin au matin.

Le Président de la République persiste dans son refus d’entendre le mouvement syndical et les 70% de Français-es opposé-es au projet de loi travail. Un tel mépris est inqualifiable. Le gouvernement a la responsabilité pleine et entière de trouver une issue à cette crise. Si le gouvernement reste sourd, elles appelleront à poursuivre la mobilisation durant le débat parlementaire, début juillet. Elles se retrouveront le 29 juin.

Les organisations apportent leur soutien à la journée de mobilisation contre la loi Peeters de ce jour en Belgique et leur ont adressé un message de solidarité.

Partager cet article
Repost0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Horloge

Archives