Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 09:22

Après la sanction infligée à la politique conduite par François Hollande et le gouvernement Ayrault, les salariés attendaient un discours répondant à leurs préoccupations. Ce n’est pas le cas. Le Premier ministre s’inscrit dans les orientations précédentes et amplifie encore les mesures qui s’opposent à une relance économique et sociale en France.

Il confirme et aggrave l’offensive lancée contre le travail. Dire que le pays ne pourra se redresser qu’en baissant massivement le « coût du travail » nous précipite un peu plus dans la crise. Le patronat a été entendu et servi.

Le Premier ministre confirme l’austérité salariale dans le public comme dans le privé. Il annonce de façon précise de nouveaux milliards d’euros d’aides aux entreprises, encore une fois sans aucun contrôle ni engagement en termes d’emplois et de salaires.

Le plan d’économie dans les finances publiques est synonyme d’une baisse des capacités publiques d’intervention sociale et économique, et d’une réduction des services publics et de leurs missions

.

Le transfert d’une partie des cotisations sociales vers la fiscalité au prétexte d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés modestes est un leurre. C’est une baisse supplémentaire de la rémunération du travail. « Zéro charges » pour les salaires payés au SMIC, c’est condamner des millions de salariés aux bas salaires

 Le salaire, c’est ce qu’il y a en haut de la feuille de paie, c’est ce qu’on appelle le salaire brut. Une partie est mutualisée pour financer les aléas de la vie, le vivre ensemble, notre politique de santé et de solidarité, l’autre partie est versée directement, le salaire net. Augmenter le bas de la feuille de paie sans augmenter le haut, c’est moins de sécurité sociale.

La CGT portera vendredi prochain, lors de sa rencontre avec le Premier ministre, les revendications des salariés. Répondre aux aspirations des salariés et du monde du travail, c’est la condition pour sortir notre pays de la crise.

La CGT appelle les salariés à ne pas se laisser faire et à manifester le 1er mai 2014

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 09:08

Les ouvriers de Nutribio, une usine agroalimentaire spécialisée dans la fabrication de lait infantile en poudre destiné à l’Asie étaient en grève avec leur syndicat CGT depuis dix jours pour réclamer une augmentation de salaire quand ils ont été délogés vendredi 4 avril à 2h30 du matin par une compagnie de CRS.

Une nouvelle fois la police a été utilisée contre des salariés en lutte et dans le but de briser une grève destinée à satisfaire de légitimes revendications

Ce lundi, c’est donc "contraints et forcés", que les salariés ont repris le travail sans avoir obtenu satisfaction. Ce mouvement fait suite à un accord salarial annuel signé le 30 mars entre la direction et les deux syndicats FO et CFTC acceptant 23 euros d’augmentation, tandis que les grévistes et le syndicats CGT en réclament 30.

Nutribio (160 millions d'euros de chiffre d'affaires) compte 400 salariés au total, à Montauban, Doullens (Somme) et Paris.

 

Dimanche, les salariés se sont néanmoins retrouvés pour pour un "pique-nique de lutte" devant leur usine. La grève a été suivie sur le site de Montauban par 45 ouvriers sur 70. "On a ici des salariés pauvres qui gagnent 1.200 euros nets par mois, avec des conditions de travail à la production qui peuvent être très difficiles : du travail posté, en production dans un bâtiment où il peut faire 40 à 50 degrés, et une fréquence d’accidents du travail très élevée", explique Fabien Lemaire, délégué syndical central CGT de Nutribio.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 09:56

 Pas de revalorisation des pensions au 1er avril.

Les retraités vont donner de la voix dans l’unité. Les unions confédérales de retraités sont très remontées contre le gouvernement. Et même si à la veille de leur conférence de presse de ce 1er avril, celui-ci a changé, toutes les raisons de leur mécontentement demeurent. Avec une inconnue de taille : y aura-t-il un secrétaire d’Etat pour s’occuper de ce quart de la population française que sont les retraités ? La question mérite d’être posée car ce remaniement intervient alors que devait être présentée mercredi le projet de loi sur le vieillissement. Un texte très largement plébiscité dans sa démarche par le Conseil économique, social et environnemental la semaine dernière, mais critiqué tout aussi largement quant à la faiblesse des moyens alloués pour préparer notre pays au vieillissement de la population.

Qu'on ne vienne pas nous dire que nous sommes des privilégiés"

assurent les responsables syndicaux réunis au siège de FO. Ils dénoncent toutes les mesures qui amputent leur pouvoir d’achat, notamment la fiscalisation des majorations de pensions accordées aux retraités qui ont élevé trois enfants qui devrait leur coûter 1,2 milliard d’euros. De même, ils déplorent la Contribution additionnelle de solidarité (CASA) de 0.3% acquittée par les retraités imposables et qui leur a déjà coûté quelques 640 millions d’euros prétendument destinés à financer la perte d’autonomie.

 

A ce sujet d’ailleurs, François Thierry Cherrier, le secrétaire général de l’UCR-CGT a prévenu contre toute tentative de reporter aux calendes grecques le vote de la loi sur le vieillissement et la perte d’autonomie pour lequel les retraités paient déjà depuis deux ans : "nous n’accepterons pas de hold-up sur ces 640 millions d’euros". 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 14:13

 

Les résultats des élections municipales confirment l’analyse portée par la CGT à l’issue du premier tour de scrutin au regard des préoccupations des salariés, des privés d’emploi et des retraités. Quatre caractéristiques définissent la situation :

Le désengagement citoyen ;

Une sanction d’ampleur de la politique menée par le gouvernement ;

La montée du vote d’extrême droite ;

Une droitisation des discours politiques.

 

L’objectif de baisse des impôts remplace celui du progrès social : aucun engagement en faveur de l’amélioration des conditions de vie, de santé, de travail, de logement et du développement de l’industrie et des services publics.

Les réponses apportées par le président de la République sont en total décalage avec les enjeux qui sont devant nous.

Avec son pacte de solidarité, le président de la République annonce vouloir augmenter le pouvoir d’achat en baissant les cotisations sociales des salariés. Il privera ainsi notre système solidaire de protection sociale des financements qui lui sont pourtant nécessaires.

Il confirme l’orientation du pacte de responsabilité de transférer le financement de la politique familiale vers la fiscalité.

C’est la sécurité sociale, notre bien commun, qui est attaquée.

Pour la CGT, l’urgence est de répondre aux attentes des salariés en augmentant les salaires et en décidant d’un plan de relance de l’emploi industriel, comme nous le revendiquons avec la CES et l’ensemble des organisations syndicales européennes. Les plus de 200 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises doivent être formellement contrôlés, ce qui nécessite des nouveaux droits d’intervention pour les salariés. La CGT appelle les salariés à se rencontrer, débattre, se syndiquer, agir et manifester pour le progrès social le 4 avril et le 1er mai.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 18:51

 La justice a tranché et c’est avec une grande satisfaction que la CGT prend acte de la décision de relaxe pronconcée par le tribunal  correctionnel de LE HAVRE, en faveur de nos quatre camarades  de l’Union locale CGT du Havre.

Ils étaient poursuivis, d’une part,  pour avoir collé des affiches sur les vitres d’une permanence parlementaire et déboulonné la plaque de la députée,  lors d’une manifestation contre la réforme des retraites, et d’autre part pour avoir prétendument bousculé un huissier de justice lors d’un conflit social dans une société de courtage en assurance. Pour la première affaire, le parquet avait requis, en février dernier, deux mois de prison avec sursis et 300 euros d’amende pour « vol et recel ». Pour la seconde affaire, il avait réclamé six mois de prison ferme et 500 euros d’amende. Les quatre militants CGT risquaient donc la prison. De telles réquisitions, totalement hors de proportion avec les faits reprochés témoignent d’un acharnement antisyndical et d’une sévérité hélas trop fréquents à l’égard des militants syndicaux.

C’est, entre autres, ce que sont venus dire quelque 5000 manifestants au Havre, ce lundi 31 mars au matin, à l’appel de la CGT, de la FSU, de FO et de Solidaires, et parmi lesquels se trouvaient une délégation importante de militants de Roanne ainsi que Thierry Lepaon, Secrétaire général de la CGT.

Le tribunal a finalement relaxé nos quatre camarades pour la prétendue bousculade, et les a dispensés  de peine pour les autres faits. C’est justice et la CGT exige des pouvoirs publics qu’ils ne prêtent pas leur concours à la criminalisation de l’activité syndicale par le patronat et les directions d’entreprises publiques ou privées.

La CGT réaffirme avec force son exigence d’une loi d’amnistie, d’une loi pour renforcer la protection des militants syndicaux et associatifs qui agissent dans le cadre d’actions collectives et d’une loi pour supprimer de la liste du fichier des prélèvements génétiques, tous les militants syndicaux et associatifs interpellés dans le cadre d’actions collectives.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 16:27

 

 Le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) a estimé hier 26 mars que le financement du projet de loi sur l’autonomie des personnes âgées qui doit être présenté le 9 avril en conseil des ministres et discuté au Parlement à partir de juin n’est "pas à la hauteur des ambitions" et le report du volet concernant les maisons de retraite "ne répond pas à l’urgence de la situation".

Le CESE qui avait été saisi en février sur ce projet a rendu hier un avis en séance plénière, coprésenté par Daniel Prada (groupe de la CGT) pour la section des affaires sociales et de la santé, et par Monique Boutrand (groupe de la CFDT). Cet avis a été adopté par 152 voix sur 156.

Le CESE juge "ambitieux" le projet de loi qui sera défendu par Michèle Delaunay, la ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, en charge des personnes âgées et de l’autonomie. Le CESE apprécie que ce projet de loi soit "fondé sur le respect des droits fondamentaux des personnes âgées, sur leur maintien à domicile, sur une volonté de rompre leur isolement, de les insérer pleinement dans la société est ambitieux."

Louables soient les intentions, c’est hélas sur la question des moyens que le bât blesse. En effet, estime le CESE, "son financement par la seule Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA), soit 645 millions d’euros, n’est sans doute pas à la hauteur de ces objectifs. D’autant que la question du financement des EHPAD (établissement hospitalier pour personne âgée dépendante), encore plus prégnante, est reportée à un deuxième temps.

La CGT a voté cet avis appréciant "le champ couvert par le projet de loi qui porte une vision dynamique, digne et protectrice de la vieillesse. Vieillir est enfin considéré comme une chance, un progrès humain considérable pour les personnes comme pour la société, un véritable défi à relever. Le projet de loi opère un rattrapage et une avancée significative de l’Allocation personnalisée d’autonomie , mais le soutien reconnu aux aidants demeure encore balbutiant. Il convient d’aller beaucoup plus loin, compte tenu de la progression du nombre de personnes en perte d’autonomie.

L’avis met en avant l’importance des politiques de prévention pour que toutes les catégories sociales parviennent à vivre plus longtemps et dans le bien-être. C’est une question de justice et un investissement social, source de développement économique et humain. La CGT soutient l’avis dans sa préconisation de rééquilibrage entre la participation financière de l’État et celle des départements. En effet, l’égalité des droits sociaux doit être garantie à tous les citoyens par les règles de péréquation financière qui conduisent à une bonne application des droits.

L’amélioration de l’habitat et les multiples solutions innovantes traitées dans l’avis et le projet de loi vont dans le bon sens. Mais avec seulement 6% de logements adaptés à l’avancée en âge actuellement, les moyens à mobiliser sont importants. Les crédits envisagés restent trop modestes, pour rendre un maintien à domicile possible et confortable pour tous. La gouvernance des différentes instances doit évoluer vers plus de démocratie sociale, en intégrant les associations et les organisations syndicales de retraités dans les nouvelles instances. Le financement, prévu dans le cadre de la CASA, est largement insuffisant pour répondre à l’ensemble des ambitions affichées par le projet de loi."

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 18:31

Un nouveau projet d’accord sur la convention assurance chômage vient de voir le jour. Celui-ci est bien loin d’être équilibré dans son économie globale et bien loin d’être une avancée.

Le futur régime sera amputé de 800 millions d’euros, autant de moins pour les privés d’emplois et leur revenu de remplacement. Les droits rechargeables, qui auraient pu être une avancée, seront au final financés par les privés d’emploi eux même à hauteur de 400 millions d’euros.

Les annexes 8 et 10 concernant les intermittents du spectacle ont certes été préservées, mais là encore, au prix d’économies drastiques. Ainsi, un plafond d’indemnités a été fixé et il est prévu un différé de l’indemnisation. Bref, le nombre de jours indemnisés sera réduit, additionné à une augmentation de leur cotisation. L’allocation forfaitaire qui était de 57,4% passe à 57%. Pour certains, en fonction de l’indemnité supra-légale, la période de carence va pouvoir être portée à 180 jours au lieu de 75 actuellement.

Les salariés de plus de 65 ans vont maintenant eux aussi cotiser, autant de moins pour leur pouvoir d’achat déjà sérieusement attaqué. Dans le même temps, aucune participation supplémentaire n’est demandée aux entreprises, notamment celles qui ont le plus recours à la précarité ou celles qui justement génèrent le plus de privés d’emplois.

Pour la CGT il ne fait nul doute que sans les mobilisations qui ont eu lieu durant cette pseudo- négociation, les régressions auraient été plus importantes. La CGT appelle l’ensemble de ses syndicats, les salariés et les privés d’emploi à s’emparer de cette question et à ne pas cesser la lutte. Confrontés au chômage et aux difficultés liées à la perte de leur emploi, les travailleurs ne sont pas responsables de leur situation. Ce sont les politiques économiques qui dégradent l’emploi et les rémunérations. C’est donc aux employeurs de contribuer à la solidarité nationale pour garantir une indemnisation décente et un retour à l’emploi dans les meilleures conditions. La délégation émet un avis défavorable sur ce texte. La CGT va consulter ses organisations sur cet accord dans les prochains jours, tout en restant vigilante et actrice auprès des pouvoirs publics qui vont devoir agréer où pas cet accord

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 10:49

La promesse du « Pacte de responsabilité » n’incite pas les patrons à créer de l’emploi, au contraire ils en détruisent : ce sont 31 500 demandeurs d’emploi en plus pour le mois de février 2014.

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit donc à 3 347 700 en France métropolitaine. Comme les mois précédents, le chômage de longue durée augmente : le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus, augmente de 0,6 % au mois de février 2014 (+11,4 % sur un an).

 

La nouvelle convention d’assurance chômage ne tient pas compte de cette réalité : plus longtemps on reste au chômage moins on a de chance de retrouver un emploi. Quand il y a emploi, il est souvent précaire. Le nombre de demandeurs d’emploi en activité réduite reste très élevé : 90 100 exerçaient une activité réduite, courte (78 heures ou moins dans le mois, catégorie B) ou longue (plus de 78 heures dans le mois, catégorie C). Dans ce marasme, le patronat diminue les droits et les allocations des plus fragiles notamment les précaires et les intérimaires. Pour eux c’est la double peine ! Les seniors ne sont pas épargnés : le nombre de demandeurs d’emploi de 50 ans et plus s’accroît de 1,3 % (+12,1 % sur un an).

Autre mauvais signe de l’état de l’emploi : le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A de moins de 25 ans augmente de 0,3 % en février L’accord sur la nouvelle convention assurance qui fait 800 millions d’économies sur le dos des demandeurs d’emploi ne doit pas être agréé par le gouvernement. C’est d’une autre politique de l’emploi dont nous avons besoin pour relancer l’économie du pays et inverser la courbe du chômage. La CGT appelle les salariés les privés d’emploi à se mobiliser, notamment à l’occasion de la journée européenne pour l’emploi et l’investissement le 4 avril et lors des mobilisations organisées le 1er mai.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 09:53

Dans une France et une Europe traversées par une crise sociale et économique aigüe, l’extrême droite et son parti en France, le Front national, sont de plus en plus compris comme un parti de protestation contre l’iniquité sociale, qui serait capable de réaliser une partie des promesses non tenues par les gouvernements successifs.

De nombreux citoyens s’interrogent sur ses propositions, certains reprennent, sans le savoir, des idées fausses. D’autres se demandent comment défendre au mieux les valeurs de la République.

Aujourd’hui, pour faire reculer l’extrême droite, il ne suffit plus de dénoncer ses dérives antirépublicaines, de combattre un clan et un parti politique, tout comme de s’en tenir à la posture de l’antifascisme. Il faut s’atteler à combattre les idées fausses qui contaminent insidieusement nos discours, en les contrecarrant une à une.

Le livre En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite, de Pierre-Yves Bulteau, en librairie à partir du 3 avril 2014, répond à 73 idées reçues diffusées par l’extrême droite. Il représente un antidote indispensable au discours de l’extrême droite et invite à refuser la tentation autoritaire, le « chacun chez soi », pour construire une société d’égalité, de liberté et de fraternité pour tous.

L’auteur a bénéficié du concours des syndicats : CGT, FSU et Solidaires, et d’associations : FIDL, MRAP, JOC, UNEF, UNL, dont les militants sont quotidiennement confrontés aux questions d’un monde de la jeunesse et du travail, sensible à la propagande de l’extrême droite. Un livre symbole de la mobilisation de syndicats et d’associations pour faire barrage à ces idées qui sous le masque de l’évidence, véhiculent des mensonges et remettent en cause les fondements de la démocratie.

En finir avec les idées fausses propagées par l’extrême droite Pierre-Yves Bulteau Les Editions de l’Atelier 164 p. -5 euros (Poche)

 

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 12:06

Nul doute que ce 10e congrès de l’UCR-CGT fera date. Pas seulement parce qu’il s’ouvre au lendemain d’un premier tour d’élections municipales difficiles, mais aussi parce que le contexte économique et social dans lequel il se tient confère des responsabilités inédites au mouvement syndical en général et à la Cgt en particulier.

Après un émouvant hommage aux militants des UFR et des USR disparus depuis le congrès précédent,  prononcé par Jean Belin et une chaleureuse allocution de bienvenue aux quelque 450 délégués de Pascale Terrat, Secrétaire de l’UD CGT de la Loire et un mot d’accueil de Maurice Vincent, maire de Saint-Etienne, c’est avec une tonalité particulièrement offensive que François Thiery-Cherrier, le Secrétaire général de l’UCR, a ouvert les travaux en invitant les délégués à débattre et décider des orientations de l’UCRCGT pour les trois prochaines années.

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge