Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 11:41

L’hôpital public plébiscité par les Français

 

Une étude TNS/SOFRES et Fédération hospitalière de france montre qu'une grande majorité de Français est attachée à l’hôpital public.

 

 

images[5] 

Plus de 8 Français sur 10 sont très attachés au principe d’accessibilité à l’hôpital

   81% de la population française interrogée a une bonne opinion de l’hôpital public. Les sondés réaffirment leur attachement au principe de l’accessibilité à l’hôpital public.

   35% des Français se sont rendus aux urgences cette année. Les principales raisons énoncées sont la garantie d’être hospitalisés en cas de besoin et la réalisation en un même lieu, des différents examens.
 59% des personnes sondées affirment être déjà prêts à la télésurveillance médicale, pour la transmission de données médicales interprétées par un professionnel de santé à distance.

 

Le principe d’accessibilité à l’offre de soins

 

aphp[1] 

 

Les résultats du baromètre réalisé en 2013 confirment l’attachement des Français à l’accessibilité géographique et financière de l’hôpital public :
 47% des personnes interrogées estiment que l’accès à l’hôpital public, quel que soit son revenu, est l’élément le plus important ;
 29% de la population française souhaitent qu’il y ait toujours un hôpital à proximité, quel que soit son lieu d’habitation. Ce souhait est en progression de 10% par rapport à 2012. Il est très largement exprimé par les habitants d’agglomérations de moins de 2 000 habitants (43%).

Les urgences, une prise en charge garantie pour les Français : 

Urgences-4a0ff[1]

 

Depuis de nombreuses années, les urgences doivent faire face à un engorgement de patients. Un débat est ouvert quant aux solutions à apporter à cette situation. La Fédération hospitalière de France (FHF) a interrogé les Français pour connaître les raisons qui les poussent à se rendre aux urgences. Elles sont multiples :
 La garantie d’être pris en charge en urgence quand cela est nécessaire est la première raison invoquée par 73% des Français ;
 59% des personnes interrogées viennent aux urgences car les examens nécessaires tels que les radiographies et les analyses diverses sont faites immédiatement ;
 Près d’ un  Français sur deux,  (43%) ne trouve pas de médecin de garde en ville la nuit et/ou pendant le week-end ;
 L’absence d’avancement de frais aux urgences est également un des motifs motivant le recours de 24% des Français au service des urgences, surtout chez les personnes ayant des revenus compris entre 1 500 € et 2 300 € (37%).

La possibilité de contacter systématiquement le Samu par une orientation téléphonique préalable convainc 63% des Français :

Cette étude montre enfin que la télémédecine, qui permet de réaliser un traitement ou un diagnostic à distance, grâce aux nouvelles technologies, est plutôt bien accueillie. e-telesante-les-developpements-du-reseau-numerique-permette

Près des deux tiers (59%) des personnes interrogées sont prêts à recourir à la télésurveillance médicale, qui permet de transmettre des données médicales à un professionnel de santé qui les interprète à distance ;

Une majorité (53%) est par ailleurs d’accord avec le fait de prendre un avis complémentaire à celui de son médecin traitant par téléphone, messagerie ou visioconférence ;  

Toutefois, seulement 37% des Français se disent prêts à obtenir un diagnostic de leur médecin traitant par ces mêmes moyens .

 

 

Résultats du 10e Baromètre FHF/TNS Sofres « Les Français et l’hôpital » dans le cadre des SALONS de la SANTÉ et de l’AUTONOMIE

2logo sante[1] 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 18:55
Georges MOUSTAKI s'est éteint le 23 mai 2013
 
 
 
images-10-.jpg
Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 15:08
 Télé Matin le 23 mai 2013 : Les 4 Vérités
 
     
 
la%20cgt%20logo[1]
 
  
Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 10:01

Personnels et médecins perdent patience

imagesCAUFD3D6

Une intersyndicale des personnels et des médecins rassemblant la CGT, l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), FO (dont le SNMH), Le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI-CGC) et Sud s’est déroulée le 15 mai 2013. Dans un communiqué ces organisations manifestent leur impatience quant à la concrétisation des engagements de la Ministre de la santé à la suite du rapport Couty sur le « Pacte de confiance ». A ce jour, aucune mesure concrète n’a été prise pour satisfaire les revendications présentées par les hospitaliers.

 

"La seule réponse est une convocation le 17 mai des seules organisations syndicales de salariés par la DGOS pour discuter simplement de la « méthode de travail », pour de nouvelles discussions autour des 13 thèmes définis par la Ministre.". L’intersyndicale estime urgent d’être entendue sur les thèmes suivants :

Soigner l hopital-322a1-c89bb[1]


* L’abandon de la loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoires, ou loi Bachelot) ;
* La remise en cause de la logique comptable des enveloppes fermées qui va se traduire en 2013 par 20 000 suppressions d’emplois dans le secteur sanitaire et autant dans le secteur médicosocial ;

*L’arrêt des restructurations et des suppressions de postes ;
*Le rétablissement de la Convention collective nationale, dite 51 et l’arrêt des
atteintes portées contre les autres conventions collectives ;
*La remise en cause de la loi de 2011 sur la psychiatrie ;

* La préservation des droits en matière de retraite ;

* L’augmentation des salaires.

 

         reforme hopital danger[1]

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans REVENDICATIONS
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 19:23

La preuve est là, il faut rompre avec l’austérité

arton428[1] 

L’Insee vient de publier les chiffres concernant l’évolution de l’activité économique au premier trimestre 2013. Le résultat est décevant. A l’image du 4ème trimestre de l’année 2012, L’économie française est en récession.

 

Une récession qui atteste de l’échec de la politique d’austérité poursuivie dans l’Union européenne. Une politique fondée sur l’obsession libérale de la réduction du déficit budgétaire pour donner des gages aux marchés financiers.

Competitivite-cout-du-travail[1] 

Une obsession confirmée par la commission européenne qui vient d’exiger de la France des réformes destructrices pour l’économie et le pouvoir d’achat des salariés et retraités, en contrepartie du desserrement du calendrier de réduction du déficit public.

Sous la pression de l’idéologie libérale, le débat se concentre sur le coût du travail, sans jamais évoquer l’augmentation aberrante du coût du capital. Les dividendes versés aux actionnaires sont autant d’argent qui n’est pas investi dans la recherche, la qualification des salariés et la modernisation technologique. C’est le coût excessif du capital, la sous-rémunération du travail et la précarité des salariés qui sont la cause de la dérive récessive de notre économie. Travail_capital-1-.jpg

Au lieu de tirer ces enseignements et d’opérer un vrai changement au nom duquel ils ont été élus, le Président de la république et son gouvernement veulent poursuivre les politiques d’inspiration libérale : poursuivre les privatisations, restreindre les droits à la retraite, multiplier les cadeaux fiscaux aux entreprises…

arton230[1] 

La CGT récuse ces orientations. Avec les salariés, les privés d’emploi et les retraités, elle revendique un vrai changement qui mette la richesse du travail au cœur des enjeux économiques, en France comme en Europe.

Cela passe surtout par une hausse immédiate des salaires, des pensions et des minima sociaux, par la création d’emplois stables, par la mise en place d’une véritable sécurité sociale professionnelle.

La Cgt continue de mobiliser les salariés, les privés d’emploi et les retraités sur la base de ces revendications légitimes et urgentes.

5379648-8026341[1]

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans REVENDICATIONS
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:22

2013 : Quelle réforme pour les retraites ?

  conference-sociale(1)[1]

Si elle n’en sera pas le sujet unique, la réforme des retraites sera bien évidemment au centre de la deuxième conférence sociale convoquée les 20 et 21 juin 2013 par le gouvernement.

 

Le Medef a déjà fait valoir ses revendications auprès du Premier ministre : "Notre préconisation est d’allonger la durée de cotisation à 43 ans d’ici 2020 et de repousser l’âge légal de la retraite à au moins 65 ans à l’horizon 2040", a revendiqué la patronne des patrons à la sortie de Matignon le 13 mai. humourRetraite1[1]


Les négociations sur les régimes complémentaires Arrco et Agirc conclues le 13 mars dernier par un accord, non signé par la CGT, ont débouché, notamment, sur un mécanisme de revalorisation des pensions inférieure à l’inflation. Il aura des conséquences extrêmement néfastes pour les retraités actuels en termes de pouvoir d’achat, mais également pour les retraités futurs. Le gouvernement n’a pas caché qu’il pourrait s’inspirer de cet accord pour la réforme des retraites qu’il va conduire dans les mois prochains.

  imagesCAG0EESG

La CGT va aborder cette réforme en portant une série de propositions fortes. Elle pense notamment une réforme structurelle du financement des retraites qui passe par l’augmentation des salaires, ainsi que par l’emploi et la croissance.

  retraite2[1]

Elle entend s’opposer à une nouvelle adaptation du système actuel qui consisterait en un allongement de la durée des cotisations ou une baisse du montant des pensions.


arton802-7e36b[1]-copie-1

Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans REVENDICATIONS
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 18:47
Eric Aubin sur LCP ACTU, le 13 mai 2013
 
 
Affiche[1]
 
Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 20:43
Après quelques secondes de publicité... l'émission, soyons patient !
DR-CGT[1]
Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 18:39

Help 2012 0001-2[1]

  Un rapport pointe les effets négatifs sur la qualité des soins

 

Mise en place progressivement depuis 2004, la désormais fameuse

 "Tarification à l’Activité"  permet de répartir une enveloppe globale entre les hôpitaux, en tenant compte de leur activité, et non plus par une simple évolution du budget précédent. 593 663[1]

Mais selon un rapport de l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes), la Tarification à l’activité (T2A) peut présenter "un risque intrinsèque pour la qualité des soins, car elle crée une pression directe sur les établissements de santé pour réduire la durée et le coût des séjours hospitaliers sans pour autant tenir compte des résultats thérapeutiques". 29062010 IRDES 01[1]

L’Irdes constate en particulier "une nette augmentation des taux de réadmission dans les dernières années (2007-2009). Des réadmissions plus nombreuses, « notamment pour les prises en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC), de l’infarctus du myocarde, mais aussi pour la chirurgie du cancer du côlon et la chirurgie de la hanche". hosterité[1]

Or, un "taux de ré-hospitalisations précoces en augmentation au cours du temps peut indiquer une tendance à la segmentation des séjours ou à l’augmentation de sorties précoces du point de vue clinique". De même, les établissements peuvent être incités à cibler les prises en charge plus rentables et favoriser les opérations "standardisées et programmables" au détriment des plus complexes.

  2logo sante[1]

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 20:12
        
Hausse-du-prix-du-gaz-copie-1-1-.jpg

Dans le cadre des négociations salariales dans les entreprises et les branches comme dans le secteur public, comme pour ce qui concerne l’évolution des pensions ou des minima sociaux, la référence, la norme pour ne pas dire l’étalon de mesure est l’indice des prix à la consommation de l’Insee. Or cet indice des prix à la consommation ne reflète pas l’augmentation du coût de la vie, tel que les salariés les retraités le perçoivent. C’est ce que démontre cette vidéo réalisée par la fédération CGT des Finances en coopération avec la CGT de la Métallurgie et le syndicat CGT de l’Institut national de la statistique économique (Insee).

       

Les revendications pour améliorer le niveau de vie des salariés, des retraités et des privés d’emploi se voient notamment opposer un indice des prix de l’Insee, qui est utilisé comme instrument d’indexation. Des augmentations des salaires, pensions et autres ressources qui seraient égales ou supérieures à l’évolution de cet indice, assureraient un maintien voire une progression du pouvoir d’achat et du niveau de vie. Or, ce n’est pas le cas.

Structuration de l’indice des prix à la consommation :

L’indice des prix à la consommation (IPC) est l’instrument de mesure de l’inflation. Il permet d’estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. C’est une mesure synthétique de l’évolution de prix des produits, à qualité constante. Il est structuré selon la répartition ci-contre. Ainsi, pour calculer l’indice des prix, l’Insee considère qu’en moyenne les dépenses des transports correspondent à 16% des dépenses des ménages, celle des loisirs 8.5%.   

L’indice des prix à la consommation ne doit pas être utilisé pour indexer les salaires

Parmi les indices de prix publiés par l’Insee, celui qui est utilisé pour l’indexation est l’Indice des prix à la consommation des ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé, hors tabac, base 100 en 1998, qu’on appellera par la suite IPC.

L’ IPC n’est pas un indice du coût de la vie.
L’Insee, qui le reconnaît officiellement, ne devrait, en principe, pas cautionner l’utilisation de cet indice pour indexer les salaires et les pensions.
La contestation de l’IPC, très large dans le pays, repose sur un décalage entre l’inflation mesurée qui serait d’environ 2 % l’an actuellement selon l’IPC et l’inflation perçue, ou« ressentie » par les gens. Celle-ci est parfois estimée à environ 5 %, voire 6% par an.

En tout cas, il est abusif de la part du patronat et du gouvernement de se réclamer de l’IPC pour imposer une stagnation des salaires et, en réalité, une baisse du niveau de vie des salariés.

Lire l’indice des prix à la consommation

  507381_1-1-.jpg

Il est possible, pour les salariés, d’utiliser les relevés de prix effectués par les 1 200 enquêteurs et enquêtrices de l’Insee qui servent à construire l’indice, enquêtrices dont la qualité du travail n’est pas en cause. En effet, quand on dit par exemple que « les prix » ont augmenté en septembre 2012 de 1,9% depuis un an et de 25 % depuis l’année 1998, cela ne signifie pas que tous les prix ont augmenté au même rythme. Il s’agit d’une moyenne, et plus précisément d’une moyenne pondérée.

En effet, depuis 14 ans, certains prix ont augmenté beaucoup plus vite. Par exemple, le prix des combustibles liquides a crû de 239%, soit plus qu’un triplement !

A l’inverse, selon les calculs faits pour construire l’IPC, les micro-ordinateurs sont censés avoir baissé de 90%. En fait, leurs prix n’ont pas baissé tant que ça mais ce chiffre est censé refléter l’amélioration de leur qualité ; c’est contestable car les ordinateurs d’aujourd’hui sont, certes plus puissants, mais certainement moins durables que ceux de 1998 ! Mais cette façon de mesurer la qualité tire l’IPC vers le bas et contribue donc à sous-estimer la hausse du coût de la vie.

Ces chiffres qui sont publics montrent que des "consommations populaires" comme le logement, l’alimentation ou l’énergie sont victimes de fortes hausses des prix, soit récemment (depuis 12 mois) soit sur longue période (par exemple depuis 1998, année de base de l’indice).

 

    DR-CGT-1-.jpg
Repost 0
Published by retraitecgtmanche - dans ACTUALITE

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Horloge