Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 14:10

Place de la République à CHERBOURG-en-COTENTIN

Place de l'Hôtel de Ville à SAINT-LÔ

Les retraités se rassembleront pour dénoncer l'indignité gouvernementale qui fige leur pension depuis 4 ans.

 

Ils exigeront une hausse de leur pouvoir d'achat, lequel ne préoccupe guère les candidats à la prochaine élection présidentielle.

 

JEUDI 30 MARS 2017

à

10 heures 30

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 22:50

 

Les salariés, la population et les syndicats Guyanais doivent être entendus !

 

Ils dénoncent notamment la dégradation continue de leurs conditions de vie et de travail, l’insécurité, le taux de chômage qui atteint 22%, le manque d’infrastructures, le système de santé défaillant, etc. ! Ce n’est pas la vente de l’hôpital de Kourou par la Croix-Rouge à un opérateur privé qui ouvrira à la population un meilleur accès à la santé.

Les nombreux grévistes du secteur de l’Energie, demandent des recrutements et des investissements dans un territoire où les coupures sont fréquentes et où des milliers de personnes n’ont pas accès à l’électricité.

A quelques semaines de la loi votée, intitulée « loi pour l’égalité réelle », un quart des enfants en Guyane n’ont pas accès à l’eau ou à l’électricité !!! Vous avez dit égalité ?

Egalité encore ? La moyenne nationale des familles qui vivent sous le seuil de pauvreté est de 14%, et de 44% quand il s’agit de la Guyane !!

Égalité toujours, alors qu’on recense un manque criant de classes dans les établissements scolaires avec plusieurs centaines d’enfants et de jeunes déscolarisés, renforçant un sentiment de relégation.

La Guyane, depuis des décennies fait l’objet de promesses non tenues aggravant la situation économique et sociale du territoire.

La Guyane et Kourou sont la vitrine mondiale de la Fusée Ariane mais certainement pas la vitrine sociale des gouvernements successifs !

Depuis plusieurs semaines la collectivité territoriale Guyanaise voit des mobilisations sociales dans plusieurs secteurs économiques qui ont marqué des convergences ces derniers jours. 37 syndicats de l’Union des Travailleurs Guyanais ont ainsi décidé d’un appel à la grève générale.

Depuis ce matin, la Guyane est donc figée par l’ampleur de la grève.

Cette situation doit être prise à la hauteur des besoins sociaux, économiques, d’éducation et sanitaires qu’elle porte.

Le gouvernement doit répondre à la légitime demande des grévistes de pouvoir ouvrir de réelles négociations avec la Ministre et le gouvernement.

La Confédération Générale du Travail exprime son entier soutien aux salariés Guyanais et leurs organisations syndicales.

La CGT est disponible pour répondre à toutes sollicitations et échanges avec les syndicats Guyanais dans le cadre de nos relations d’amitié, de solidarité et de lutte.

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 19:05

La CGT de l'intérim marque des points

Au terme d'une trentaine de séances de négociation laborieuse sur laquelle la CGT de l'intérim a mobilisé ces dernières années, un accord de branche a été conclu avec des avancées qualifiées par l'USI-CGT d'« importantes » pour la sécurité des salariés intérimaires, même si l'accord est « loin d'être complet et parfait ».

La CGT de l'intérim marque des points

 

Ce texte, fruit d'une laborieuse négociation vise, selon l'organisation patronale de l'intérim (Prisme) à « renforcer le rôle des salariés permanents en s'appuyant sur un référentiel de compétences sur la sécurité, fournir un cadre de mise en place d'une amélioration de la qualité de vie au travail et à faciliter le retour à l'emploi des salariés intérimaires victimes d'un accident de travail ». Reste que, pour en arriver à ce résultat, le patronat de la branche s'est fait tordre le bras pour rouvrir une négociation en panne depuis plusieurs années.

 

Intérim : trop d’accidents

L'Union syndicale de l'intérim CGT (USI-CGT), qui revendique de longue date une amélioration de la prise en compte de la sécurité pour les salariés du secteur, a en effet beaucoup œuvré, d'une part, pour arracher cette négociation, d'autre part, pour imposer des avancées. Elle a d'ailleurs engagé en septembre 2016 une grande campagne intitulée « Urgent ! Intérimaires en danger » pour attirer l'attention sur un secteur où la fréquence des accidents du travail est beaucoup plus élevée que dans l'ensemble de la population salariée. Même si une baisse de 3,7 % des accidents a été enregistrée en 2015, l'indice de fréquence s'est encore établi à 44,8 accidents avec arrêt pour 1 000 salariés (contre 33,9 % pour l'ensemble des salariés), selon la branche accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP) de la Sécurité sociale.

 

Une négociation enfin rouverte

Au printemps 2015, de nombreuses actions des militants de la CGT de l’Intérim avaient obligé le patronat de la branche du travail temporaire à rouvrir cette négociation, au point mort depuis plusieurs années.

 

Pour la sécurité

Parmi les points positifs relevés par la CGT, le « référentiel de compétences qui doit être la règle des salariés permanents pour déléguer en sécurité les salariés intérimaires. », le « principe d'une médecine du travail de branche » et le « principe de formation à la sécurité en fonction des métiers et non strictement en lien avec la mission ». Autre point souligné, la reconnaissance des accidents du travail/maladies professionnelles et du « principe d'un parcours de reclassement passant par une visite de reprise ».
C'est « la première fois qu'un tel dispositif se met en place », a relevé André Fadda, dirigeant de l'USI-CGT. « Les jalons sont posés », s'est félicité le responsable syndical, en soulignant que ces avancées avaient été « arrachées par la mobilisation » de la CGT de l'intérim mais « aussi des syndicats CGT des entreprises utilisatrices ».

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 12:31

 

Une précarité qui augmente, voulue par le patronat

 

Les chiffres du chômage viennent de paraître : sans surprise, sur les trois derniers mois
- la catégorie A est en hausse de 0.2 % sur 3 mois ;
- les travailleurs précaires sont toujours plus nombreux avec une augmentation de la catégorie B (moins de 78h de travail dans le mois) de 0.5% sur 3 mois ;
- et de la catégorie C (plus de 78h dans le mois) de 2.9% sur 3 mois.
Le total B et C augmente ainsi de 41.500 personnes sur trois mois, pour alourdir le passage du seuil des 2 millions (2.096.200 personnes inscrites dans ces catégories).

Cette augmentation est un fléau : qu’il s’agisse des contrats intérim, CDI temps partiel ou de toute la ribambelle des contrats à durée déterminée, tous plongent les salariés privés d’emploi et leurs familles dans la spirale de la dépendance, les dettes, les difficultés de santé.

Sans oublier les difficultés de logement quand certains seront menacés d’expulsion dès le 1er avril prochain.

En mai 2012, le nombre de chômeurs était de 4 960 000 (toutes catégories confondues) et il faut aujourd’hui compter avec 6.560.900 chômeurs, soit + 32 %.

Le quinquennat de François Hollande s’inscrit dans la continuité de celui de son prédécesseur : une polarisation accrue du monde du travail, avec l’augmentation du nombre de travailleurs pauvres et la menace du chômage pour toutes et tous.

Le projet patronal, en négociation dans la dernière ligne droite de la convention assurance chômage, s’inscrit également dans cette logique, en ciblant les plus précaires, les femmes, les seniors.

La CGT s’y oppose et propose une politique de l’emploi par la relance de l’industrie, les services publics et des droits nouveaux à travers la sécurité sociale professionnelle.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 23:32

Elections présidentielles

La CGT vote pour le progrès social

Déclaration

 

 

A l’approche des élections présidentielles, la CGT souhaite continuer de porter des exigences économiques, sociales et environnementales durant cette campagne. C’est plus que jamais l’enjeu de la période et l’exigence des salariés, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse. Cette campagne électorale s’éloigne trop régulièrement de ces attentes et des vrais problèmes, minée par des affaires ou des débats bien loin du quotidien et de la réalité du monde du travail.

Nous nous félicitons que les luttes de centaines de milliers de salariés, permettent qu’aujourd’hui, les questions du travail, de la précarité, de la protection sociale, de l’égalité femmes-hommes, des salaires, de l’industrie, des services publics, et de paix trouvent une place dans le débat public. Elles doivent s’imposer dans cette campagne politique.

Depuis plusieurs mois, la CGT porte des propositions alternatives économiques et sociales en adéquation avec les exigences, les possibilités de notre époque et les aspirations des travailleurs, retraités, privés d’emplois.
Elle porte au cœur de sa démarche, la question du travail. Derrière ce mot, nous parlons de son organisation, du paiement des qualifications et de l’expérience, de la formation initiale et continue, des souffrances qu’il peut générer sur la santé.

Il est insupportable que certains perdent leur vie au travail, pendant que d’autres la perdent parce qu’ils n’en n’ont pas.

C’est pourquoi, nous revendiquons notamment une augmentation des salaires et des pensions avec, comme référence, le SMIC à 1800 euros, une réduction du temps de travail avec, comme référence, une durée de 32 heures hebdomadaire, un nouveau statut du travail et une sécurité sociale professionnelle, une protection sociale de haut niveau, des moyens supplémentaires pour les services publics, comme par exemple la santé, la culture et l’éducation, et la construction d’une véritable Europe sociale.

Nous nous félicitons que, pour une part, ces propositions soient reprises par certains candidats.

Dans un pays où les 40 plus grandes entreprises viennent de dégager 75 milliards d’euros de bénéfices et de verser à leurs actionnaires près de 500 milliards en 10 ans, les moyens existent.

Nous alertons le monde du travail contre ceux, à l’extrême droite, dont le FN est l’un des porte-drapeaux, qui prônent la division des travailleurs du fait de leur origine, leur statut ou leur situation sociale. Diviser pour mieux régner, c’est un vieux dicton toujours d’actualité aux yeux de certains. C’est aussi une façon de ménager et de servir les véritables responsables de la crise qui continuent de s’enrichir de façon insolente. Alors qu’au contraire les salariés ont besoin d’être unis.

Ceux qui veulent faire porter au syndicalisme la responsabilité des problèmes de notre pays, jouent à un jeu dangereux. Restreindre le rôle et la place du syndicalisme en imposant de nouvelles règles de démocratie sociale, en favorisant la création de pseudo syndicats ou d’associations pour accompagner les décisions patronales ou gouvernementales, ce n’est pas un signe de modernité et cela dessert l’intérêt des salariés.

Il faut d’abord renforcer le rôle et la place des syndicats en faisant respecter une liberté essentielle, le droit de se syndiquer, de militer et de revendiquer sans peur des représailles.

La liberté syndicale fait partie des droits fondamentaux.

Voter est un droit dont beaucoup de citoyens dans le monde, sont privés. C’est la marque de la démocratie, les travailleurs doivent s’en saisir. Les exigences et les choix du peuple doivent être respectés avant, pendant et après les élections. Les salariés doivent être entendus lorsqu’ils se mobilisent, lorsqu’ils revendiquent et qu’ils proposent des alternatives.

Nous refusons d’avoir le choix entre le pire et le moins pire. Nous voulons le meilleur.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 23:03

Attentat de Londres

Solidarité avec le peuple britannique

 

La CGT tient à exprimer sa vive émotion ainsi que son entière solidarité avec le peuple et les syndicats britanniques, sans oublier  les lycéens de Concarneau, ville du Finistère,  victimes de l’attaque survenue le 22 mars 2017 devant le Parlement à Londres, symbole de la démocratie britannique. Un attentat qui vient une fois encore frapper un peuple et plus largement le monde.

La CGT transmet ses sincères condoléances aux familles des victimes accompagnées de ses vœux de prompt rétablissement pour les blessés.

Cette attaque meurtrière qui a fait cinq morts et 40 blessés nous concerne tous et toutes. C’est dans ces moments difficiles que nous devons réaffirmer nos valeurs et les principes que nous soutenons : Démocratie, Solidarité et  Paix.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 19:53

Le comité de suivi confirme le gaspillage d’argent public

 

Suite à une demande du Comité de suivi du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE), le rapport 2016 du Comité a fait l’objet de plusieurs travaux complémentaires.

Les enseignements de ces travaux viennent d’être rendus publics par France Stratégie.

Ils « ne conduisent pas à remettre en cause » les résultats précédemment obtenus.

Ils confirment l’absence d’effets du CICE sur la création ou la sauvegarde d’emplois, les exportations, l’investissement, la recherche-développement
Seul, l’objectif initial porté par le gouvernement et le patronat de « l’amélioration sensible des marges des entreprises » apparaît « un peu plus nettement qu’auparavant ».

Ces travaux viennent aussi démentir que le CICE n’est pas utilisé pour baisser le pseudo « coût du travail » mais augmenter les marges notamment des grandes entreprises. Nombre d’entre elles n’ont pas hésitées à détruire en masse des emplois et à distribuer de confortables dividendes aux actionnaires.

Transformer le CICE en exonérations générales de cotisations sociales, comme proposé par certains responsables politiques entraînerait non seulement la disparition de toute évaluation de l’impact du CICE notamment sur l’emploi, mais surtout vise, à maintenir les cadeaux en tout genre fait au patronat et à remettre en cause le salaire socialisé et la protection sociale.

Concernant les bénéfices du CICE sur l’emploi, l’effet « probable (…) est de l’ordre de 50 000 à 100 000 emplois créés ou sauvegardés sur la période 2013-2014 », effet « d’ampleur relativement modeste », identifié par une seule équipe de recherche, est de nouveau mis en avant.

100.000 emplois au maximum pour 29 milliards d’euros, soit 290.000 euros par emploi créé ou sauvegardé !

La CGT revendique au contraire que :


- l’ensemble des aides publiques soient évaluées dans le comité de suivi des aides publiques ;
- la suppression des aides publiques qui n’ont pas démontré leurs effets sur l’emploi, les salaires et l’investissement dans la recherche et l’outil de production ;
- la mise en place de comités régionaux de suivi et d’évaluation des aides régionales ;
- le droit pour les comités d’entreprises de suivre, d’évaluer et de suspendre le cas échéant les aides publiques, exonérations de cotisations perçues par l’entreprise.

Ce sont pourtant les législations encourageant la rentabilité financière, court-termiste qui ont entrainées les crises et la déqualification économique et sociale française principalement dans les industries manufacturières et européenne qui sont à l’ordre du jour des programmes politiques. A l’inverse, la CGT place l’amélioration de l’emploi, des salaires, de l’investissement, et le progrès social au premier plan de ses objectifs.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 23:07

Un printemps à l’offensive

  

Le 21 mars, les salariés se sont mobilisés, à l’appel de la CGT, pour la défense et le développement de l’Industrie et des Services publics.
La campagne offensive de la CGT du « printemps de l’industrie » bat son plein dans les territoires, les professions et les entreprises, à l’heure où le patronat voudrait imposer ses stratégies de casse et faire du fatalisme une norme.

Les salariés d'ACMOR en grève à ARGENTAN


Les projets alternatifs, que ce soit contre les fermetures d’entreprises et de services, pour la ré-industrialisation ou pour la réappropriation collective des moyens de production, élaborés avec les salariés et leurs syndicats CGT, ouvrent des perspectives. Ils mettent en évidence les enjeux économiques, sociaux et environnementaux, et le lien structurant entre Industries et Services publics ; liens qui s’alimentent mutuellement.

Développer les Services publics et l’appareil industriel permet de revivifier les territoires en partant des besoins au plus près de la population.
Ce sont plus de 80 manifestations et rassemblements réunissant des dizaines de milliers de salariés, des distributions massives de tracts portant nos exigences, des blocages de site et reprise en main de l’outil de travail comme dans le secteur de l’énergie, qui se sont déroulés sur tout le territoire.


Ces initiatives font la démonstration que les salariés, à l’appel de la CGT, sont déterminés à mener les luttes au niveau des enjeux, à travailler aux convergences revendicatives, à remettre au cœur des débats les revendications et propositions de la CGT, en termes d’emplois, de potentiel industriel, de service public, de réduction du temps de travail, de salaires et de sécurité sociale professionnelle dans le cadre d’un nouveau statut du travail salarié.
Loin de rester l’arme au pied, cette journée du 21 mars n’est qu’un point d’étape d’une campagne CGT offensive et conquérante.

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 19:52

 

Bouygues TP condamné pour travail dissimulé

 

Ce 20 mars, les entreprises Bouygues Travaux Publics, Welbond, Elco Construct et Atlanto, intervenant toutes pour le site EPR de Flamanville (Manche), ont été reconnues coupables, en appel, de délit de travail dissimulé, prêt illicite de main d’œuvre et emploi de salariés étrangers sans titres, pour la période de 2008 à 2014.

La cour d’appel de Caen a en effet confirmé la condamnation de première instance, prononcée par le tribunal correctionnel de Cherbourg, en juillet 2015, à l’encontre de Bouygues, aggravant la sanction de 25 000 à 29 950 euros. Elco Construct devra verser 60 000 euros, Welbond Armatures 15 000 euros.

 

Grâce à la ténacité dont ont fait preuve les militants CGT et les syndicats de la Manche, avec l’appui de l’Inspection du travail, de l’Urssaf, de l’Autorité de Sureté nucléaire et de l’Office central de lutte contre le travail clandestin, la justice a enfin été rendue en faveur des salariés, après une longue bataille juridique.

 

 

Repost 0
Published by retraitecgtmanche
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 17:25

En congrès à Bordeaux, l’UCR CGT fait la part belle aux solidarités

lundi 20 mars 2017

À l’occasion de son 11e Congrès à Bordeaux, l’Union confédérale des retraités (UCR) CGT prouve qu’elle ne manque ni de combats ni d’allants pour les porter. Elle a rappelé qu’elle tient à défendre les 15,4 millions de retraités du pays – 25 millions prévus d’ici le prochain congrès en 2020.

Présent ce jeudi au congrès, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a d’ailleurs tenu à avancer les propositions du syndicat pour cette catégorie de la population où beaucoup sont encore sous le seuil de pauvreté – surtout des femmes.

Il a donc rappelé deux ambitions claires : pas de retraite inférieure au Smic et un fort développement de la Sécurité sociale. Démarré lundi et jusqu’au vendredi, le congrès a aussi permis d’afficher un soutien aux nouvelles professions nées de « l’ubérisation de l’économie », comme les coursiers à vélo et chauffeurs indépendants qui viennent de lancer leur syndicat avec la CGT et qui auront toute leur place à l’UCR, une fois la retraite arrivée.

Preuve de l’évolution démographique des retraités qu’il faut prendre en compte, une mère et son fils – tous deux retraités – viennent discuter avec le secrétaire général de la CGT à la fin de son discours. Les questions sur la dépendance viennent émailler les discussions lors de ce rendez-vous triennal, tout comme celles de la solidarité internationale et des situations des salariés migrants venus travailler en France et devenus retraités.

Avec ses 110 000 adhérents (un chiffre qui baisse mais tend à stagner), l’UCR pourrait se targuer d’être le premier syndicat des retraités. Elle préfère travailler à une « carte permanente », permettant un passage syndical entre le monde du travail et celui de la retraite.

L’UCR préfère aussi jouer l’unité avec le rassemblement de neuf organisations et associations. Cette entente a permis de lancer une grande consultation des retraités : Retraités en colère (http://www.retraitesencolere.fr/). L’objectif est de connaître encore un peu plus précisément la vie des retraités pour mieux les représenter et mieux agir en leur faveur. L’action passera notamment par la rue et une manifestation nationale le 30 mars. L’occasion de reprendre les mots de Philippe Martinez : « la lutte continue, quel que soit notre âge ! »

Repost 0
Published by retraitecgtmanche

Présentation

  • : Retraités C G T Manche
  • Retraités C G T Manche
  • : Construire une société pour tous les âges par l'action revendicative et la réflexion. Favoriser la syndicalisation, la continuité syndicale et développer les convergences avec les salariés actifs.
  • Contact

  • retraitecgtmanche
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts
  • L'union syndicale des retraités CGT de la Manche a pour but de rassembler les salariés retraités, préretraités, pensionnés, veuves et veufs, en vue de contribuer à assurer la défense et l'amélioration de leurs droits et de leurs intérêts

Météo

Recherche

Horloge